vendredi 4 décembre 2009

Indemnités à la CUB

En 2008, j'ai publié le montant des indemnités des élus Talençais. Je reprends cette démarche de "transparence" pour les élus de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB).


Vous trouverez ci-après le tableau récapitulatif de l'ensemble des élus de la CUB par ville, avec le montant annuel brut des indemnités perçues (sauf erreurs ou omissions) et l'appartenance politique.



Cliquer ici pour télécharger le tableau




Je ne possède pas d'informations sur les avantages en nature. Ils n'apparaissent donc pas dans ledit tableau.

Il y a 120 conseillers communautaires au total. Parmi ceux-ci on compte le Président, 36 "vice-Présidents" et 4 "maires conseillers délégués".

L'indemnité la plus importante est celle du Président de la CUB, Monsieur Vincent Feltesse qui s'élève à 59 234 €. Un vice-Président touche 29 617 €, un maire conseiller délégué perçoit 21 560€ et un conseiller communautaire de "base" reçoit 12 709 €.

La dernière colonne du tableau indique le montant global des indemnités perçues au cours du mandat de chaque élu (6 ans). Ce montant s'échelonne de 76 256 € à 355 409 €.


Au total, le montant annuel global des indemnités versées au élus communautaires s'élève à 2 190 328 €. Sur les 6 années de mandature, le cumul des indemnités des élus représente plus de 13 millions d'euros.

En période de crise économique et sociale grave, il s'avère que les institutions locales représentent un fardeau de plus en plus lourd pour les contribuables. D'autant plus qu'il y a empilement d'institutions : commune, CUB, département, région...


Nos élites politiques devraient se pencher sur ce problème, même si la solution consiste en partie à scier la branche sur laquelle elles sont assises.

jeudi 5 novembre 2009

Jour de chance !

Après avoir joué au loto, n'oubliez-pas de passer vendredi 13 novembre à 18 heures

à la librairie Georges
au Forum des Arts & de la Culture
300, cours de la libération, 33400 Talence

j'y présente mon essai : La Tiers-Mondialisation de la planète.

http://www.librairiegeorges.com/bernard-conte/

Cher Dir - Com

Salut, joyeux contribuable talençais !


Lors de la séance du Conseil municipal du mercredi 4 novembre, nous avons eu à nous prononcer sur la décision n° 8 portant sur la reconduction du contrat du "Directeur de la communication".

Voir la décision :

Mon commentaire a été le suivant :

Monsieur le Maire,

Trois observations à propos de cette décision :

1) Nous avons bien noté qu’il s’agit d’une reconduction de contrat. Mais, nous voulons obtenir des informations sur les conditions initiales du processus de recrutement en 2006. Nous souhaitons connaître les conditions et les supports de publicité de l’appel à candidatures pour pourvoir le poste de Directeur de la communication. Quelle a été la procédure de recrutement (nombre de dossiers de candidature, nombre de candidats auditionnés, etc…).

2) L’agent en question est rémunéré en référence à l’indice brut 1015 de la fonction publique, ce qui correspond à 3 782,55 euros mensuels à compter du 01/10/2009. Cet agent bénéficie aussi d’une prime annuelle définie en Commission technique paritaire (CTP), pouvez-vous nous dire quel est le montant de ladite prime dans ce cas précis ?


3) A l’issue du présent contrat, c'est-à-dire au 31/12/2012, s’il est à nouveau reconduit, ce ne pourra l’être que sous la forme d’un Contrat à durée indéterminée (CDI). Or, cette éventuelle transformation du type de contrat de CDD en CDI apparaît génératrice de risques tant pour les finances municipales que pour la cohésion de l’équipe dirigeante. Prenons l’exemple d’un scénario que Monsieur le Maire souhaite fortement improbable : un changement à la tête de la municipalité lors des prochaines élections en 2014. Que fera-t-on de cet emploi de Directeur de la communication qui est un poste éminemment politique, tout le monde le sait ? Il pratiquement certain que le nouveau Premier magistrat souhaitera une personne de son choix pour diriger sa communication. Alors que faire ? Un licenciement est inconcevable si l’on se réfère aux pratiques de l’Administration. Alors, devra-t-on aménager un placard à balais et grever les finances municipales en continuant à payer le salaire de l’ex-Directeur de la communication ?

Pour conclure, cette affaire met en lumière le danger de la pérennisation d’emplois politiques qui, par essence, doivent rester éphémères.

Afin de ne pas travestir leurs propos, les réponses de Monsieur le Maire et de Madame Lutreau seront mises sur le blogue dès la parution du compte rendu de la séance.

Je peux toutefois indiquer, dès à présent, que la prime annuelle dont il est question s'élève à 800 euros.

samedi 31 octobre 2009

Présidence de l’Europe : Tony Blair, oh !

Les candidats à la candidature à la Présidence de l’Europe commencent à s’agiter. On met en avant les qualités et les défauts des premiers pressentis. Tony Blair ex-premier ministre britannique semble pour l’instant émerger du lot car il possède beaucoup de qualités requises.

La décision sera prise par 27 personnes à huis clos, mais elle impliquera certainement plus de monde, car le Président devra notamment être coopté par les Etats-Unis et sans doute aussi par la finance internationale.

Dans ces conditions Tony Blair a toutes ses chances car il est le digne successeur de Margaret Thatcher. Lorsqu’il était Premier ministre, Tony Blair a poursuivi les politiques néolibérales (monétaristes) thatchériennes en les travestissant d’un costume pseudo social. Il s’agit de l’économie sociale de marché ordolibérale que l’on tente de mettre en œuvre, sous l’égide de la Commission européenne, dans l’ensemble de l’Union européenne. Cette économie sociale de marché, au service du capitalisme financiarisé, vise à poursuivre la privatisation des activités publiques rentables, la destruction de l’Etat-providence, l’euthanasie de la classe moyenne…

De plus, lorsqu’il était aux affaires, en prenant la décision d’envoyer un contingent de soldats britanniques en Irak, Tony Blair a prouvé sa loyauté à l’égard des Etats-Unis.

Enfin, Tony Blair est anglais et la City de Londres (la finance internationale) ne verrait pas sa désignation d’un mauvais œil. D’autant plus que ladite City a fortement développé ses activités financières durant le séjour de Tony Blair à la primature.

Au total, Tony Blair pourrait bien être le premier Président.

vendredi 28 août 2009

Publication : La TMP

Salut joyeux contribuables,

les vacances sont terminées... la crise aussi, si l'on en croit nos politiques et nos medias.

Ma vision des choses est différente. Nous vivons un moment historique, une crise économique et sociale plus grave que celle de 1929... Dans notre pays, l'intensité de la crise est, pour l'instant, moins importante que chez nos voisins plus progressistes (néolibéraux), en raison de l'existence de vestiges de l'Etat providence.

Mais, rassurez-vous, nous allons sombrer comme les autres !

Si vous souhaitez décrypter les liens entre politique, économique et social pour comprendre la crise, lisez mon ouvrage qui vient de paraître :

La Tiers-Mondialisation de la planète







PS. Suite à sa perte accidentelle, j'ai tenté de reconstituer ma liste de diffusion.... mais elle doit être encore incomplète.

jeudi 30 juillet 2009

Disque dur tout ramollo

Samedi dernier (25 juillet), comme tous les soirs, j’ai éteint mon ordinateur afin d’éviter de gaspiller inutilement de l’énergie.

Dimanche matin, j’ai voulu consulter la météo et pour cela j’ai rallumé l’ordi. A ma grande surprise l’ordi m’a expliqué (en anglais) qu’il ne trouvait plus son disque dur et qu’il me fallait lui donner une « device bootable ». Après plusieurs échecs et quelques tests, j’ai eu la conviction que le disque dur était malade et devenu tout ramollo.

Le lendemain, j’ai emmené l’ordi chez un pote informaticien qui a confirmé mon intuition. Je me suis ensuite rendu chez l’assembleur qui m’avait vendu l’ordi à la fin avril 2008. J’ai informé l’assembleur des tests effectués (par mes soins et par mon pote). Sans jeter un œil à l’unité centrale que j’avais emmenée, l’assembleur a dit que la panne était due à la défaillance du disque dur (l’un des modèles les plus chers proposés par ledit assembleur à l’époque).

La garantie étant de 12 mois et mon achat datant de 15 mois, le vendeur m’a dit qu’il ne me restait plus qu’à acheter un disque dur neuf. C’est ce que j’ai fait. De retour dans ma demeure, j’ai procédé au changement de disque dur et commencé à réinstaller les logiciels.

Le mardi matin, j’ai téléphoné à un collègue très versé dans le domaine informatique. Je lui ai relaté ma mésaventure et il m’a fait part de son étonnement concernant la faiblesse de la durée de garantie du disque dur. Je me suis rendu chez lui avec le disque en question. Sur le site du fabricant, à partir des données d’identification du disque dur, mon collègue a pu voir que la garantie du disque allait jusqu’en mars 2013. Etrange, n’est-ce pas ?

L’après-midi, je me suis à nouveau rendu chez l’assembleur (qui malheureusement n’a plus de boutique dans notre ville) avec les données concernant la garantie du constructeur. L’employé m’a expliqué que son entreprise proposait une garantie légale de 12 mois sur le matériel qu’elle assemble, peu importe si les pièces bénéficient d’une garantie plus longue de la part des constructeurs. Après un an, la charge de la demande d’exécution de la garantie constructeur incombe à l’acheteur final (moi en l’occurrence).

J’ai fait remarquer à l’employé qu’il aurait pu m’informer de la chose avant de me vendre un nouveau disque dur. Il m’a répondu : « je ne peux pas aller consulter le site des constructeurs pour connaître la période de garantie de chaque pièce que nous assemblons dans nos ordinateurs ». Il est évidemment plus simple et plus rémunérateur de passer sous silence la garantie constructeur et de vendre une pièce neuve.

Je vais donc renvoyer directement le disque dur défaillant chez le fabriquant pour bénéficier de la garantie. Au final, mon ordi aura deux disques durs : le nouveau acheté lundi et l’ancien couvert par la garantie.

Cette mésaventure suscite des interrogations sur l’éthique des pratiques commerciales.

Au pire, un scénario improbable serait concevable. L’ordinateur tombe en panne, vous l’amenez directement à réparer chez l’assembleur. Ce dernier vous facture la main d’œuvre (recherche de la panne et remplacement du disque dur) et le nouveau disque dur. Généralement le client ne récupère pas la pièce défaillante et, dans ce cas, l’assembleur peut faire jouer la garantie constructeur et recevoir en échange un disque dur en état de marche qu’il pourrait revendre à un autre client soit directement, soit en l’intégrant à un ordinateur.
Un second scénario pourrait envisager une entente (tacite ?) entre constructeurs de matériel et assembleurs. Evidemment tout ceci n’est que pure fiction.

Le retour à la réalité est douloureux, car dans cette affaire, j’ai perdu de nombreuses données. Nous savons tous qu’il faut effectuer des sauvegardes régulières, mais combien le font ?

J’ai surtout perdu les adresses électroniques de la liste de diffusion du blogue. Afin de la reconstituer et pourquoi pas de l’enrichir à cette occasion, je vous propose de cliquer sur mon adresse mèl ou de la copier et de la coller dans la case "destinataire" (A :) du message.


Cela me permettra de vous avertir dès la parution d’un nouveau post.

Cordialement
Bernard Conte

jeudi 16 juillet 2009

Activités nautiques estivales

Quoi de neuf à Talence, Docteur ?

Depuis plusieurs années, la Mairie propose des activités nautiques à Gastes sur le lac de Parentis :

-"Ski
- Bouée
- Banane
- Wake Board".

Cette année, les activités se déroulent "du 2 juin 2009 au 27 août".

"Vous pouvez venir par vos propres moyens :
Lundi, mardi, vendredi, samedi & dimanche de 9h à 17h

Profiter de la navette gratuite :
Lundi, mardi, vendredi & samedi de 8h30 à 17h".

Les tarifs sont très attractifs : 6 € la journée pour les talençais et 15 € pour les non talençais.

Les activités nautiques sont organisées par l'association :

SKI-CLUB DE TALENCE-GASTES dont le siège est 105, rue Jean-Jaurès, 33400 Talence , depuis le 18 juillet 2005. Ladite association se nommait auparavant SKI-CLUB DE GASTES et avait son siège à Bordeaux.

J'ai voulu en savoir un peu plus et j'ai découvert la page du ski club sur facebook :

http://www.facebook.com/pages/Gastes-France/Ski-Club/29071053780

cette page donne un certain nombre d'informations sur le club :

"Ouvert a partir de fin Mai, et proposant des offres attractives a partir de Juin, le Ski Club est encadre par une equipe jeune et dynamique qui vous fera aimer les sports de glisse et vous aidera a acquerir toutes les notions de base pour une reele prise de plaisir. Ski nautique, wakeboard, mono ski, ski bus, bouees ou encore parachute ascentionnel, venez nombreux passe un moment de bonheur au seins de notre site".

La page du Club propose également de nombreuses photos que je vous invite à visionner.

Salut, heureux contribuable talençais !





mardi 14 juillet 2009

Petits fours et "jupettes"

Salut, Heureux contribuables Talençais !

(version locale de la célèbre phrase du grand (pas par la taille)
Droopy : Hello, Happy tax-payers)

Lors du Conseil municipal du 9 mars 2009, Monsieur le Maire nous a informé de la passation de divers "marchés à bons de commande".

La décision n° 21 :

"Passation de marchés à bons de commande pour l'organisation de réception au profit des services de la Ville (prix unitaires HT contractuels des bordereaux multipliés par les quantités indicatives) année 2009.

1 - Services de traiteur
Dépense estimée : 27 965 € HT
attribué à Sarl Traiteur d'Aquitaine - maison Dulou - Castres (33)

2 - Services d'hôtes et d'hôtesses
Dépense estimée : 576 € HT
attribué à SAS AXXIS evénementiel - Marseille (13)"

Mon commentaire a été le suivant : "dans les orientations budgétaires sur lesquelles j'interviendrai, il sera question, et je cite 'de prudence et de rigueur dans les dépenses'. Monsieur le Maire, permettez-moi une suggestion : et si l'on commençait la rigueur par les petits fours et les 'Jupettes' ?".

La réponse de Monsieur le Maire est incluse dans le compte rendu du conseil municipal en question, dont le texte n'est toujours pas disponible sur le site de la Mairie.

dimanche 12 juillet 2009

Cher site Internet de la Mairie de Talence

"What's up in Talence, Doc ?" , comme le dirait Bugs Bunny.

Lors de la séance du Conseil municipal du 19 janvier 2009 notre bon Maire nous a informé des décisions municipales qu’il avait été amené à prendre.

La décision n° 29 concernait « la passation de marchés à bons de commande pour l’hébergement du site Internet de la Mairie, l’achat de noms de domaine, le référencement du site de la Mairie et la mise en place d’un moteur de recherche sur ce site – années 2009 à 2011

1 - Hébergement – gestion des noms de domaines – Référencement
Dépense estimée (prix unitaires HT contractuels des bordereaux multipliés par les quantités indicatives) : 8 049 € HT
Marché attribué au « Groupement : BDL Systèmes – Systronic – Pessac (33) et NEKOBEE – Gradignan (33) ».

2 – Moteur de recherche
Dépense estimée (prix unitaires HT contractuels des bordereaux multipliés par les quantités indicatives) : 7 005 €
Marché attribué à la SA SYNOMIA – Boulogne Billancourt (92) ».

1 - Une recherche sur Internet m’a appris que la société NEKOBEE a son siège social à Cenon :
Nekobee
Siège social
Le Roof - 6, rue René Martrenchar
33150 CENON - FRANCE
SIRET : 44327412100039
SARL au capital de 15000 euros
email : info@nekobee.com
Source : http://www.kanop-e.com/mentions-legales.php

Ladite société présente ses « références e-marketing » à la page : http://www.kanop-e.com/agence/references-emarketing.php

On lit : « Nekobee est heureux d'accompagner depuis plusieurs années les sites suivants dans leur conquête de nouveaux marchés », parmi ceux-ci, on trouve :

OCET www.ocet.fr et MAIRIE DE TALENCE www.talence.fr

Ces deux structures ont opté pour « un référencement naturel (français) » qui est explicité à la page : http://www.kanop-e.com/projets-emarketing/developper-le-trafic.php :

« Un référencement naturel poussé et de qualité
- Recherche de vos concurrents sur Internet
- Etude de leur positionnement
- Définition de mots clefs impactant sur le positionnement et le volume de trafic
- Optimisation technique de votre site
- Netlinking
- Tracking des visites
- Bilans réguliers, préconisations et ajustements »

Mon commentaire :

- La Mairie de Talence a-t-elle des concurrentes mieux positionnées ?

- Quels mots clés peuvent impacter le positionnement et le volume de trafic ? Personnellement je tape « mairie de talence » et je tombe directement sur le site.

- Netlinking, est défini dans la rubrique « lexique du e-marketing » : « Le netlinking (ou "échange de liens") consiste à créer une interconnexion de sites à thématiques similaires ou approchantes, par le biais de liens réciproques sous formes de mots clefs + échange de liens entre les sites sur ces mots clefs » (http://www.kanop-e.com/lexique-du-emarketing/netlinking.php ). C’est sans doute pour se "netlinker" avec des Mairies de gauche !

- Le tracking des visites n’est curieusement pas défini dans le lexique cité.

Enfin, je me suis rendu sur le site Internet de l’OCET. A la page http://www.ocet.fr/copyright-ocet.html , il est indiqué que la réalisation et le référencement du site sont effectués par Proxima Créative SA de Canéjean. Il semble que ladite société ait disparu en octobre 2008.


2 – Mon moteur de recherche a confirmé que la SA SYNOMIA se trouve bien à Boulogne Billancourt. Cette société est en charge du moteur de recherche du site de la Mairie.

J’ai testé ledit moteur.

Dans la fenêtre recherche, j’ai tapé : « Caza bonne », le moteur a répondu :
« Désolé, votre requête initiale ne correspond à aucun document. Souhaitez-vous essayer avec « case ET bonne » à la place de votre recherche ? Si cette suggestion ne correspond pas à ce que vous recherchez, nous vous invitons à vérifier l'orthographe des mots saisis ou à utiliser d'autres mots ».

Suivant les conseils prodigués, j’ai tapé « case ET bonne » dans le moteur de recherche :
La réponse a été d’une part une demande « d’affiner ma recherche » et, d’autre part une série de documents comportant le mot « bonne ».

Une autre requête : « Cazab onne ». Le moteur renvoie
Souhaitez-vous essayer avec « cazaux ET homme » à la place de votre recherche ?

A la recherche de notre premier adjoint, j’ai tapé : « Ville ga » et le moteur m’a répondu :
Désolé, votre requête initiale ne correspond à aucun document.Souhaitez-vous essayer avec « ville ET za » à la place de votre recherche ?

Souhaitant me rendre au stade nautique, j’ai tapé « stade nautic », la moulinette a renvoyé :
Désolé, votre requête initiale ne correspond à aucun document. Souhaitez-vous essayer avec « stade et notice » à la place de votre recherche ?

Sur ce, j’ai arrêté mes investigations car le bandonéon de la musique d’accueil commençait à me saouler…

Pour conclure, je citerai Droopy : "Hello, happy taxpayers !"

vendredi 10 juillet 2009

More Subventions

Lors de la séance du Conseil municipal du 9 juillet un certain nombre de subventions ont été votées :

Associations de parents d'élèves :

PEEP Collège Victor Louis 200
PEEP école Camus 200
FCPE école Michelet 300
APEL St Génès 300

Fédération nationale des blessés du poumon et combattants : 300

Ligue contre le cancer : 300

Centre animation jeunesse (CAJ) : une subvention supplémentaire de 16 500 € (ce qui porte la subvention totale à 246 500 € pour l'année 2009)

Fédération unie des clubs talençais d'électronique (qui a pour but de promouvoir et de coordonner la pratique du sport électronique) : 2 000

Centre social de Bagatelle : un complément de subvention de 96 000 € (ce qui porte la subvention totale à 171 000 € pour 2009)

Au total, 116 100 € ont été distribués.

jeudi 9 juillet 2009

La diplomatie du tri

Ce soir, lors du conseil municipal, Monsieur le Maire a décidé de ne pas répondre aux questions orales (qui doivent être remises par écrit) sous prétexte qu'elles n'avaient pas été reçues dans les délais (3 jours francs avant le conseil municipal du 9 juillet). Je signale que la présente question a été receptionnée par la mairie lundi 6 juillet.

Nous avons reçu le dossier du conseil municipal le vendredi 3 juillet dans l'après-midi et avant la lecture dudit dossier, nous ne savons pas si des questions orales sont prévues, car notre Maire maîtrise totalement l'ordre du jour.

Je vous livre donc ma question orale à laquelle le Maire n'a pas apporté de réponse.


Monsieur le Maire,

En avril 2008, quatre postes d’ambassadeurs du tri ont été créés à Talence. Je me suis rendu sur le site Internet de la Mairie pour recueillir de plus amples informations sur nos diplomates du tri.

Sur ledit site, à la rubrique publications, j’ai trouvé un document sur le tri sélectif (http://www.talence.fr/uploads/tx_anetbasedoc/tri-selectif_01.pdf) dans lequel était indiqué : « Pour toute information - Ambassadeurs du tri de Talence - http://www.talence.fr/ambassadeursdutri », j’ai voulu me rendre à cette page et ma surprise a été grande lorsque l’écran a affiché : « Erreur 404 – la page que vous cherchez à atteindre n’existe pas ou a été déplacée ».


Dois-je en déduire que les Ambassadeurs du tri n’existent pas ou que le service est en pleine restructuration ? Certainement pas, il doit s’agir d’une erreur car il serait dommage de se priver d’un service de la plus haute importance pour la survie de notre planète.

A ce propos, je souhaite avoir communication du bilan de l’activité "diplomatique" de nos ambassadeurs du tri :

- Peut-on avoir connaissance des rapports annuels d’activité de ce service ?

- Quel est l'impact de l’activité du service sur le comportement de tri sélectif des talençais ?

- Quel est le coût pour la collectivité de cette "diplomatie" ?





Source de l'image : www5.ac-lille.fr

vendredi 19 juin 2009

Equité devant les déchets ?

Voici le texte d'une lettre à l'attention de Monsieur le Maire (déposée le 18 juin)

Monsieur le Maire



Objet : Les déchets

Dans sa livraison estivale, Cité Mag (n° 3, juin 2009) s’intéresse aux déchets encombrants ainsi qu’aux déchets verts (page 10).

D’une part, nous est présenté le Service Talence Action Nettoyage (STAN), qui « en plus de la propreté de la ville, s’occupe de vous débarrasser de vos encombrants ». « STAN, simple comme un coup de fil » : Il suffit de composer un numéro de téléphone gratuit pour prendre rendez-vous pour l’enlèvement des encombrants. On peut penser qu’il s’agit d’une bonne initiative de la Mairie. Toutefois, « le service est limité à une intervention par mois pour trois encombrants par habitation ». On peut comprendre la limitation du nombre d’encombrants et de la fréquence d’enlèvement, mais l’expression : « par habitation » pose problème. En effet, la limite se conçoit pour des logements individuels, mais qu’en est-il pour des logements collectifs ? Admettons qu’un immeuble abrite 50 logements, la limite du nombre d’encombrants pouvant être enlevés à chaque intervention, est-elle de 3 ou de 3 x 50 = 150 ? Monsieur le Maire, quelle est la règle applicable aux résidences ? D’ailleurs, bénéficient-elles réellement de ce service ?

D’autre part, le magazine indique : « la Mairie de Talence assure gracieusement le ramassage des déchets verts », sauf… pour les résidences. Dans le cas d’un immeuble, l’enlèvement des déchets verts est à la charge de ses habitants.

Le coût du ramassage des déchets est imputé au budget municipal principalement abondé par les impôts locaux (taxe d’habitation et taxe foncière) qui sont payés tant par les propriétaires et résidents de logements individuels que collectifs. Le ramassage gratuit des déchets par la municipalité bénéficiant essentiellement aux habitants de logements individuels, il en résulte que les habitants de logements collectifs (beaucoup plus nombreux) paient pour un service dont ils ne profitent pas. Il s’agit d’un transfert de charges d’une catégorie d’habitants vers une autre catégorie. Est-ce bien équitable ?

Monsieur le Maire, que comptez-vous faire pour rétablir l’équité de vos administrés dans le domaine du ramassage des déchets ?

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.


Fait à Talence, le 18 juin 2009

Bernard CONTE, conseiller municipal Vert de Talence

PS. Avant de rédiger la lettre, j’avais téléphoné au STAN, qui m’a rappelé ce matin (19 juin) pour me confirmer que les résidences ne bénéficient pas (sauf cas exceptionnel) du service municipal gratuit d’enlèvement des déchets (encombrants ou verts).

dimanche 31 mai 2009

La CUB et la sécurité des cyclistes

La dernière livraison du journal de la CUB (n° 9) fait une large place aux transports dans la communauté urbaine.

A la page 8, on trouve une rubrique intitulée : « Vélos : objectif sécurité ». Au paragraphe « un code de savoir-vivre », on lit : le cycliste « doit signaler ses changements de direction »… « et garder ses deux mains sur le guidon ».

Je voudrais qu’on m’explique comment signaler ses changements de direction en gardant les deux mains sur le guidon ? En tournant la tête ? En levant un pied ? Ou bien va-t-on bientôt obliger les cyclistes, sous peine d’amende, à munir leurs montures d’indicateurs de direction (clignotants) ?

Ceci dit, la sécurité des cyclistes est une préoccupation importante. Je suggère à nos représentants communautaires d’œuvrer en faveur du port du casque obligatoire, casque que l’on pourrait surmonter d’un gyrophare (comme sur les moissonneuses-batteuses), et de rendre obligatoire les arceaux de sécurité pour réduire les risques de dommages corporels en cas de tonneau.

Source de l’image : http://www.leslaunes.com/UserFiles/Image/gyrophare-blanc.jpg





Posted by Picasa



mardi 26 mai 2009

Piqûre de rappel démocratique


Le 20 février 2008, le Parlement européen a approuvé le Traité de Lisbonne. Au sein de l’assemblée, la discussion s’est organisée autour du rapport Corbett-Mendez de Vigo proposant un examen critique dudit traité.

Un amendement au texte (n° 32), défendu par la Gauche Unitaire Européenne (GUE), demandait que le Parlement européen "s'engage à respecter le résultat du référendum irlandais". En adoptant cet amendement, le Parlement s'engageait simplement à respecter la règle fondamentale de la démocratie.

Le résultat du vote sur cet amendement n° 32 a été le suivant :

- Pour : 129
- Contre : 499
- Abstention : 33

Le vote des députés français présents s’est établi comme suit :


Ont voté Pour :



Gauche unitaire européenne (GUE)
Jacky Hénin (PCF)
Francis Wurtz (PCF)
Madeleine Jouye de Grand-Maison (Rassemblement démocratique pour la Martinique)

Indépendance/Démocratie (IND/DEM)
Paul-Marie Couteaux (MPF)
Philippe de Villiers (MPF)
Patrick Louis (MPF)

Non-Inscrits (NI)
Bruno Gollnisch (FN)
Carl Lang (FN)
Jean-Marie Le Pen (FN)
Marine Le Pen (FN)
Jean-Claude Martinez (FN)
Lydia Schénardi (FN)
Fernand Le Rachinel (FN)

Parti socialiste européen (PSE)
Françoise Castex (PS)
André Laignel (PS)


Ont voté Contre :



Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE)
Jean-Marie Beaupuy (UDF)
Thierry Cornillet (MD)
Janelly Fourtou (UDF)
Claire Gibault (UDF)
Nathalie Griesbeck (MD)
Anne Laperrouze (UDF)
Bernard Lehideux (UDF)
Philippe Morillon (UDF)

Parti populaire européen (PPE-DE)
Jean-Pierre Audy (UMP)
Joseph Daul (UMP)
Marie-Hélène Descamps (UMP)
Nicole Fontaine (UMP)
Brigitte Fouré (NC)
Patrick Gaubert (UMP)
Jean-Paul Gauzès (UMP)
Françoise Grossetête (UMP)
Ambroise Guellec (UMP)
Alain Lamassoure (UMP)
Véronique Mathieu (UMP)
Elisabeth Morin-Chartier (UMP)
Tokia Saïfi (UMP)
Margie Sudre (UMP)
Jacques Toubon (UMP)

Parti socialiste européen (PSE)
Kader Arif (PS)
Pervenche Berès (PS)
Bernadette Bourzai (PS)
Marie-Arlette Carlotti (PS)
Harlem Désir (PS)
Brigitte Douay (PS)
Anne Ferreira (PS)
Catherine Guy-Quint (PS)
Adeline Hazan (PS)
Stéphane Le Foll (PS)
Roselyne Lefrançois (PS)
Robert Navarro (PS)
Catherine Néris (PS)
Béatrice Patrie (PS)
Vincent Peillon (PS)
Bernard Poignant (PS)
Pierre Pribetich (PS)
Michel Rocard (PS)
Gilles Savary (PS)
Pierre Schapira (PS)
Catherine Trautmann (PS)
Yannick Vaugrenard (PS)
Bernadette Vergnaud (PS)
Henri Weber (PS)

Verts-ALE
Marie-Hélène Aubert (Les Verts)
Jean-Luc Bennahmias (Les Verts)
Alain Lipietz (Les Verts)


Se sont abstenus :


Parti populaire européen (PPE-DE)
Christine de Veyrac (UMP)

Verts-ALE
Hélène Flautre (Les Verts)
Gérard Onesta (Les Verts)

L'amendement a été rejeté à une grande majorité. Le Parlement européen a jugé, à priori, que le choix des irlandais n'avait aucune importance. S'agit-il d'un déni de démocratie ?

Pour conclure, une citation de Paul Valery :

"La politique est un mécanisme qui sert à empêcher les gens de prendre part à ce qui les concerne directement".


Sources :
Journal officiel de l’Union européenne






jeudi 14 mai 2009

Commentaires sur le compte administratif 2008

Monsieur l’Adjoint aux finances,

Je commencerai mon intervention par une remarque sur la forme du document. Le compte administratif tel qu’il nous est présenté répond certainement aux exigences de la comptabilité publique, mais sa lecture est hermétique pour le non initié. De plus, ledit document fournit une photographie de la gestion de la commune, sans recul sur les années passées. Il serait souhaitable pour les élus comme pour nos concitoyens intéressés que soient joints au document des tableaux et des graphiques relatant l’évolution des grands types de recettes et de dépenses sur plusieurs années. De plus, un document plus analytique, présentant divers ratios ainsi que leur évolution dans le temps (épargne d’exploitation, épargne brute, ratio stock de la dette/épargne brute…), pourrait compléter le dossier. Ainsi, Monsieur l'Adjoint, seraient réunies les conditions d’une plus grande transparence.

Quelques commentaires sur le compte administratif :

Les recettes de fonctionnement :
En 2008, la forte augmentation de 10,21 % (11,37%, selon mes calculs) est fortement tributaire d’éléments exceptionnels : (77) produits exceptionnels : 3 881 495,40 €, représentant des produits de cession : 976 000€ vente à la SEMIB, 150 000€ pour une vente de terrain à Haut Brion et 2 342 635€ correspondant à la valeur de la salle Couzinet auxquels on rajoute 343 699€ représentant tous les autres frais annexes pour l'incendie.
Hors éléments exceptionnels, l’augmentation des recettes en 2008 n’a été que de 1,65% (d’après mes calculs).

Les dépenses de fonctionnement :
Après une augmentation de 9,8 pour cent en 2007, les dépenses de fonctionnement ont cru de 3,9 % en 2008. C’est un chiffre plus raisonnable qu’en 2007, mais il va falloir se poser la question de savoir s’il est possible, sur le long terme, de poursuivre une tendance de croissance des dépenses de l’ordre de 4 pour cent. Au bout de 10 ans, un taux de croissance des dépenses de 4 pour cent par an aboutit à une augmentation globale de l’ordre de 50 pour cent. Ce qui veut dire qu’en 2018, le montant des dépenses de fonctionnement s’élèvera à environ 60 millions d’euros contre 40 millions à l’heure actuelle. Cela veut aussi dire que les impôts locaux devront être augmentés de 50 pour cent. Mais, peu importe, après nous le déluge. Un des travers de notre classe politique (en général), c’est d’avoir un horizon de gestion limité au terme du mandat électoral.

Concernant l’exercice 2008, année exceptionnelle à bien des égards, j’ai relevé quelques exemples de variations insolites de postes de dépenses :


On peut en déduire qu’en 2008 à Talence, ça a chauffé, certains ont passé des nuits blanches à la lueur des lampes à incandescence, on a communiqué un maximum et d’aucuns ont beaucoup fêté.

Je n’apporterai pas de commentaire aux ratios (épargne, etc.), car leur interprétation est faussée en raison du montant très élevé des recettes exceptionnelles.

Je terminerai par une dernière remarque sur le niveau d’endettement de notre commune : entre le 31 décembre 2007 et le 31 décembre 2008, le stock de la dette est passé de 25 957 902,5 € à 28 608 765,4 €, soit une augmentation de 10,21 pour cent en un an. Si l’on poursuit la tendance, le stock de la dette devrait être multiplié par 2,6 dans 10 ans, c'est-à-dire s’élever à environ 75 millions d’euros. Mais, peu importe, « quelqu’un paiera !!! ».


samedi 11 avril 2009

Asymétrie de l'information

Pour ceux qui ont assisté à la conférence débat : Culture économique et sortie de crise et pour ceux qui n'ont pas pu venir :


Si l'on en croit les tenants de la " nouvelle " économie, le planteur africain n'obtient pas un prix rémunérateur pour ses productions parce qu'il est mal informé, il est victime d'une asymétrie de l'information (Akerlof, Stiglitz… ). En fait, si le planteur recevait tous les jours en temps réel les cours internationaux du cacao, du café, du coton…, étant parfaitement informé sur l'état de la demande, il pourrait obtenir un prix rémunérateur de la multinationale qui lui achète sa production. En conséquence, il faut abonner le planteur aux journaux financiers et même, le doter de l'Internet à haut débit, mais pour cela le planteur devra fouiller sa case pour dénicher les prises électrique et du téléphone.


Même bien informé, ledit planteur peut ne pas obtenir un prix suffisant parce qu'il manque de capital social (ses " liens sociaux sont insuffisants ") (Coleman, Bourdieu, Putnam…). Autrement dit, les planteurs n'ont qu'à se regrouper, créer ou participer à des réseaux pour pouvoir négocier efficacement avec les multinationales, ils peuvent aussi, pour acquérir du capital social, adhérer à une confrérie ou à une secte, se convertir, envoyer leurs enfants dans les mêmes écoles que les dirigeants des multinationales, fréquenter les clubs de dirigeants, jouer au golf, fumer des havanes, passer leurs vacances à Cannes… Lorsque leur capital social accumulé sera suffisant notamment grâce aux réseaux bien établis, les planteurs pourront discuter d'égal à égal avec la multinationale qui achète leur production, même si le chiffre d'affaires de ladite multinationale représente un multiple du PIB du pays dans lequel les planteurs vivent. Ainsi, l'échange sera équitable.

En fait, les raisons de la pauvreté au Sud proviennent de l'asymétrie de l'information ou du défaut de capital social, les multinationales n'y sont pour rien !

vendredi 3 avril 2009

Contractuels précaires

Voici le texte de mon intervention à propos du tableau des agents municipaux contractuels lors du conseil municipal du 31 mars 2009:

Monsieur le Maire,

Mon intervention porte sur le tableau de la page 47 du document du budget primitif. Ce tableau présente l’état du personnel des agents non titulaires.

Si mes calculs sont exacts, les services de la municipalité comptent 181 agents non titulaires en 2009 contre 168 en 2008, soit une progression de 7,7%.

Favoriser l’emploi des agents contractuels plutôt que titulaires est une fâcheuse tendance qui privilégie la précarité.

Je prendrais un seul exemple. A la ligne 36 du tableau des effectifs on lit :

« Contractuel A » – « 1 » – « A » – « COM » – « 1015 » – « 3-5 »
Déchiffrons si vous le voulez bien !

Il s’agit d’un emploi de contractuel de catégorie A.

Qui travaille dans le secteur de la communication.

1015, signifie que la rémunération attachée à ce poste se réfère à l’indice brut 1015 de la fonction publique (pour information, il s’agit de l’indice chiffres le plus élevé de la fonction publique).

Cet indice brut correspond à l’indice nouveau majoré de 821, autrement dit à une rémunération mensuelle de 3752,48 euros, à peine 379 euros de plus que la rémunération du chef de cabinet.

La dernière colonne du tableau indique le motif du contrat : dans le cas présent, l’alinéa 5 de l’article 3 de la loi du 26 janvier 1984 modifiée. La teneur de cet alinéa n’apparaît pas à la suite du tableau des effectifs, contrairement aux alinéas 1, 2 et 3 dudit article.

Monsieur le Maire, mes questions sont les suivantes :

Quelle est la teneur de l’alinéa 5 de l’article 3 de la loi en question ? Autrement dit pour quel motif officiel cet emploi contractuel a-t-il été créé ?

Pour quelles raisons ce poste du secteur de la communication est-il occupé par un agent contractuel et non par un agent titulaire ?

mercredi 1 avril 2009

Subventions municipales aux associations en 2009

Dans le budget primitif 2009, le montant global des subventions municipales aux associations s'élève à 2 291 765 €.

2 280 215 € sont destinés aux associations talençaises (Tableau 1) et 11 550 € sont dévolus aux associations non talençaises (Tableau 2).

Au total, 108 associations sont subventionnées, la répartition des fonds est concentrée.


Quatre associations recoivent 1 374 265 €, soit 60% du montant global des subventions : O.C.E.T., Centre de Loisirs des Petits Rois, Mix-Cité, Centre Animation Jeunesse.

Sept associations perçoivent 1 712 465 €, soit les 3/4 du montant total des subventions municipales : O.C.E.T., Centre de Loisirs des Petits Rois, Mix-Cité, Centre Animation Jeunesse, Talence Innovation, Ecole Talençaise des Sports Motorisés et Rock et Chansons.

Tableau 1. Subventions aux associations talençaises
Cliquer sur le tableau pour l'agrandir




Posted by Picasa
Tableau 1. Subventions aux associations non talençaises
Cliquer sur le tableau pour l'agrandir

Posted by Picasa

lundi 9 mars 2009

Commentaire sur les orientations budgétaires pour 2009

Lors de la séance du Conseil municipal du 9 mars 2009, Monsieur Cloup, adjoint aux finances, explique qu’il va être nécessaire d’augmenter les impôts locaux, contrairement aux promesses de campagne de notre Maire.

Voici le texte de mon intervention :

Les prévisions de recettes ne sont pas aussi alarmistes que Monsieur l’adjoint aux finances le laisse entendre. En reprenant les calculs, il s’avère que les principales recettes de fonctionnement prévues pour 2009 sont en augmentation de 2,77 % par rapport à 2008, c'est-à-dire 946 929 euros, soit presque 1 million d’euros.


Prévisions des principales recettes budgétaires de fonctionnement
(En €)

* estimation des services de la mairie


Ce surcroît de recettes attendu couvre largement l’augmentation des frais de personnel prévue en 2009 (4,17%) qui se chiffre à 810 000 euros. Si, par ailleurs, les autres dépenses de gestion sont contenues, voire réduites comme signalé dans le document, cela devrait permettre de faire face à l’augmentation de la charge de la dette (+ 2,88%) c'est-à-dire 86 000 euros.

Au total, nous avons un surcroît de recettes prévues (947 000 euros) qui couvre largement une augmentation des dépenses incompressibles (896 000 euros, personnel + charge de la dette), laissant même apparaître un solde positif d’environ 50 000 euros.

Alors pourquoi noircir le tableau, Monsieur l’adjoint aux finances ?

Sans doute pour éviter de s’attaquer à la réduction de certaines dépenses « clientélistes », caractérisées par un effet de cliquet (c’est-à-dire rigides à la baisse sous peine de future sanction électorale) ?

Il est évidemment plus facile d’augmenter les recettes, car la mémoire du contribuable est défaillante en période électorale. Il suffit de « justifier » sur le moment l’augmentation de la pression fiscale.

Ainsi, à la dernière page du document, on lit : « il sera peut-être nécessaire d’augmenter les taux des impositions ».
Là, je me suis dit : comme d’habitude, cela va être la faute à l’Etat, à la région, au département, à la CUB, à la tempête, au réchauffement climatique, etc.
Eh bien, non ! Le think tank (la boite à penser) et les spin doctors de la nouvelle équipe municipale sont vraiment très forts. Ils innovent sans cesse.
Ils nous disent aujourd’hui que cette augmentation programmée des impôts locaux n’est plus due à Pierre, à Paul ou Jacques, mais Alain.

Alain ! Tout de suite, j’ai espéré lire Alain Cazabonne, me disant que pour une fois, la bonne foi était de mise. Mes espoirs ont été déçus, car les spin doctors ont décidé que cette augmentation de la fiscalité serait due Alain-flation.

Là, j’ai souri, car selon les propos de Madame Christine Lagarde votre (pardon, notre) ministre des finances, propos qu’elle a tenus dans une interview au quotidien Métro et rapportés par l’agence Reuters le 2 mars 2009 : « En 2008, l’inflation a atteint 3,6%. En 2009, elle ne devrait pas dépasser 1% ». Dans cette hypothèse il ne sera pas nécessaire d’augmenter les taux d’impositions pour compenser tout ou partie de l’inflation.

Mais le think tank de l’équipe municipale est plein de ressources et il trouvera bien une autre raison pour justifier la hausse des impôts locaux. Néanmoins, je voudrais suggérer à vos spin doctors d’invoquer par exemple « l’effet papillon » de l’augmentation du prix du poil à gratter en Patagonie sur les finances de la ville de Talence.

Pour conclure, je demande à Monsieur le Maire et à son équipe d’avoir du courage…. Le courage de « mettre à plat » l’ensemble des dépenses municipales (avec le concours de l’opposition, pourquoi pas !) pour ne conserver que les dépenses qui s’avèrent contribuer réellement au bien-être des talençais(es).

Evidemment, cela suppose de tailler dans les dépenses clientélistes et, à court terme, cela peut entraîner du mécontentement parmi les bénéficiaires, mécontentement qui s’estompera au bout de quelques mois.

Alors, Monsieur le Maire, tournez-vous vers l’avenir et profitez de la crise profonde, dans laquelle nous nous enfonçons, pour changer les choses.

samedi 7 mars 2009

Canisites : lettre ouverte à Monsieur le Maire

Monsieur le Maire,

A la page 44 du Guide de la Mairie de Talence, édition 2008-2009, on lit : « Depuis 2002, la Mairie de Talence lutte contre les incivilités, en matière de propreté urbaine. Pour cela, elle a mis en œuvre des mesures générales contre […] les déjections canines sur la voie publique » qui sont un « fléau ».

Ainsi, en 2006, la Mairie a installé « cinquante distributeurs de sacs pour déjections canines dans tous ses quartiers » et mis à disposition 3 canisites où les propriétaires peuvent amener leur chien « faire ses besoins » dans les « squares Zola, Maran et rue Blanqui, ces espaces recouverts de sable sont nettoyés chaque jour et désinfectés régulièrement par les services de la Mairie ».

Plus loin, on lit : « si vous n’utilisez pas les sacs ou les canisites, vous encourez une amende de 11 euros (arrêté municipal du 15 mars 2006) ».

Monsieur le Maire, je souhaite connaître le coût de la politique canine municipale : d’une part, le montant global de l’investissement relatif à l’aménagement des trois canisites et des 50 distributeurs de sacs plastiques pour déjections et, d’autre part, le coût de fonctionnement annuel de ces dispositifs.

Monsieur le Maire, combien d’amendes de 11 euros ont été distribuées aux propriétaires contrevenants depuis 2006? A l’heure où la Mairie est à la recherche de recettes fiscales nouvelles, sachez que les trottoirs de nos rues recèlent des trésors. Ce matin, en longeant le trottoir de ma rue, j’ai pu décompter pour environ 150 euros de recettes parafiscales potentielles.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée

Bernard CONTE
Conseiller municipal

Les photos qui suivent ne sont pas jointes au courrier adressé à Monsieur le Maire.

(crédits photos : CP).












lundi 9 février 2009

Impéritie comptable

Additions, soustractions, multiplications et divisions, les élèves ne doivent surtout pas oublier la retenue, sous peine d’erreurs sanctionnées par une mauvaise note. Il en est de même pour le chiffrage de la consommation lorsque l’on « oublie » les quantités en stock. Je mets donc une mauvaise note à la Mairie.

Dans un précédent post sur le parc automobile et sur la consommation de carburants par la municipalité, j’avais estimé, sur la base des chiffres fournis par la Mairie pour les 8 premiers mois, la consommation en carburants sur l’année 2008. Les résultats donnaient une augmentation des quantités consommées de 25,1 % pour le gasoil et de 14,4 % pour l’essence sans plomb.

La Mairie m’a fait parvenir un « rectificatif » officiel (voir la copie ci-après). Selon la Mairie, dans le document « qui concernait les carburants, pour l’année 2008 (jusqu’à fin août), il ne fallait pas lire consommation mais achat. En effet, ce chiffre [fourni par la Mairie et constituant la base de mes estimations] reprenait la totalité du carburant acheté dont une partie était encore stockée dans nos cuves » [et donc non encore consommée].

Pour 2008, les [vrais] chiffres de consommation de carburants sont donc :

Gasoil : 59 936 litres
Sans plomb : 58 313 litres
Fioul : 17 000 litres

Un premier commentaire sur ces chiffres :

- est-ce que le volume des carburants restant dans les réservoirs des véhicules (cela doit être considéré comme du stock) au 31 décembre 2008 à minuit a été défalqué des chiffres de la consommation ?…

- le montant de la consommation de fioul est un chiffre rond (17 000 litres), par quel hasard !

Avec ces nouveaux chiffres, la croissance de la consommation devient plus « raisonnable » :

- Pour le sans plomb, en 2008, la croissance de la consommation s’élève à + 8,43 %, contre + 8,61 % en 2007… On peut saluer l’effort de la Mairie pour l’infléchissement de la tendance qui traduit son engagement dans le développement durable.

- Pour le gasoil, la consommation a augmenté de 11,07 % en 2008, contre 8,87 % en 2007… cela s’explique sans doute par une plus large utilisation des véhicules au service des talençais.

- Pour le fioul (utilisé exclusivement par les balayeuses), la croissance de la consommation a été de + 17,98 % en 2008, contre une baisse de – 19,10 % en 2007… On peut en déduire qu’on a beaucoup plus balayé devant nos portes en 2008 qu’en 2007. Mais, si je me souviens bien, 2008 était une année électorale.

Je compte maintenant demander les chiffres de l’évolution de la consommation de champagne au cours des dernières années, dans le but de vérifier l’engagement réel de la municipalité dans la « santé durable ». Gageons que cette fois, les fioles pleines ne seront pas confondues avec les « roteuses » vides.


mardi 27 janvier 2009

Solidarité à retardement

Lundi 26 janvier à 14 heures 30, s’est tenue, à la Mairie, une réunion de « cellule de crise », suite à la tempête du samedi. Cette réunion a été préparée dans l’urgence, car j’ai été « convié » par téléphone, sur le lieu de mon travail, une heure avant.

L’objet de la rencontre était de venir en aide aux « naufragés » de la tempête. En effet, un certain nombre de foyers talençais sont toujours privés d’électricité et aussi de chauffage, depuis le passage de Klaus. En réunissant les élus et les techniciens, notre Maire souhaitait mettre en place un « plan de bataille » pour recenser et aider nos concitoyens dans l’embarras.

Pour les élus, il s’agissait de parcourir, en faisant du « porte à porte », un certain nombre de rues susceptibles d’abriter des foyers sinistrés, afin de les recenser et de prévenir les services techniques de la Mairie.

Pour ma part, j’ai pu identifier plusieurs maisons sinistrées. L’un des résidents m’a dit ceci : « Monsieur, je ne re-voterai pas pour vous ! ». J’ai alors expliqué à ce Monsieur qu’il n’avait certainement pas voté « pour moi » lors des dernières élections, car je suis conseiller municipal d’opposition.

Malgré tout, il faut saluer cette initiative de solidarité prise par notre Maire. On peut simplement déplorer que la réunion de la cellule de crise ait eu lieu 48 heures après le passage de la tempête.


Mais, pourquoi Klaus a-t-il eu la mauvaise idée de s'inviter chez nous le week-end ?


samedi 17 janvier 2009

Complément du post parc auto

Ci-après les documents communiqués par la Mairie qui m'ont permis de rédiger le post :

Talence : le parc auto municipal et le développement durable


1. Consommation en carburants

Cliquer sur le document pour l'agrandir



2. Répartition du parc auto par type/motorisation et évolution du parc auto

Cliquer sur le document pour l'agrandir