jeudi 30 juillet 2009

Disque dur tout ramollo

Samedi dernier (25 juillet), comme tous les soirs, j’ai éteint mon ordinateur afin d’éviter de gaspiller inutilement de l’énergie.

Dimanche matin, j’ai voulu consulter la météo et pour cela j’ai rallumé l’ordi. A ma grande surprise l’ordi m’a expliqué (en anglais) qu’il ne trouvait plus son disque dur et qu’il me fallait lui donner une « device bootable ». Après plusieurs échecs et quelques tests, j’ai eu la conviction que le disque dur était malade et devenu tout ramollo.

Le lendemain, j’ai emmené l’ordi chez un pote informaticien qui a confirmé mon intuition. Je me suis ensuite rendu chez l’assembleur qui m’avait vendu l’ordi à la fin avril 2008. J’ai informé l’assembleur des tests effectués (par mes soins et par mon pote). Sans jeter un œil à l’unité centrale que j’avais emmenée, l’assembleur a dit que la panne était due à la défaillance du disque dur (l’un des modèles les plus chers proposés par ledit assembleur à l’époque).

La garantie étant de 12 mois et mon achat datant de 15 mois, le vendeur m’a dit qu’il ne me restait plus qu’à acheter un disque dur neuf. C’est ce que j’ai fait. De retour dans ma demeure, j’ai procédé au changement de disque dur et commencé à réinstaller les logiciels.

Le mardi matin, j’ai téléphoné à un collègue très versé dans le domaine informatique. Je lui ai relaté ma mésaventure et il m’a fait part de son étonnement concernant la faiblesse de la durée de garantie du disque dur. Je me suis rendu chez lui avec le disque en question. Sur le site du fabricant, à partir des données d’identification du disque dur, mon collègue a pu voir que la garantie du disque allait jusqu’en mars 2013. Etrange, n’est-ce pas ?

L’après-midi, je me suis à nouveau rendu chez l’assembleur (qui malheureusement n’a plus de boutique dans notre ville) avec les données concernant la garantie du constructeur. L’employé m’a expliqué que son entreprise proposait une garantie légale de 12 mois sur le matériel qu’elle assemble, peu importe si les pièces bénéficient d’une garantie plus longue de la part des constructeurs. Après un an, la charge de la demande d’exécution de la garantie constructeur incombe à l’acheteur final (moi en l’occurrence).

J’ai fait remarquer à l’employé qu’il aurait pu m’informer de la chose avant de me vendre un nouveau disque dur. Il m’a répondu : « je ne peux pas aller consulter le site des constructeurs pour connaître la période de garantie de chaque pièce que nous assemblons dans nos ordinateurs ». Il est évidemment plus simple et plus rémunérateur de passer sous silence la garantie constructeur et de vendre une pièce neuve.

Je vais donc renvoyer directement le disque dur défaillant chez le fabriquant pour bénéficier de la garantie. Au final, mon ordi aura deux disques durs : le nouveau acheté lundi et l’ancien couvert par la garantie.

Cette mésaventure suscite des interrogations sur l’éthique des pratiques commerciales.

Au pire, un scénario improbable serait concevable. L’ordinateur tombe en panne, vous l’amenez directement à réparer chez l’assembleur. Ce dernier vous facture la main d’œuvre (recherche de la panne et remplacement du disque dur) et le nouveau disque dur. Généralement le client ne récupère pas la pièce défaillante et, dans ce cas, l’assembleur peut faire jouer la garantie constructeur et recevoir en échange un disque dur en état de marche qu’il pourrait revendre à un autre client soit directement, soit en l’intégrant à un ordinateur.
Un second scénario pourrait envisager une entente (tacite ?) entre constructeurs de matériel et assembleurs. Evidemment tout ceci n’est que pure fiction.

Le retour à la réalité est douloureux, car dans cette affaire, j’ai perdu de nombreuses données. Nous savons tous qu’il faut effectuer des sauvegardes régulières, mais combien le font ?

J’ai surtout perdu les adresses électroniques de la liste de diffusion du blogue. Afin de la reconstituer et pourquoi pas de l’enrichir à cette occasion, je vous propose de cliquer sur mon adresse mèl ou de la copier et de la coller dans la case "destinataire" (A :) du message.


Cela me permettra de vous avertir dès la parution d’un nouveau post.

Cordialement
Bernard Conte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire