jeudi 5 novembre 2009

Cher Dir - Com

Salut, joyeux contribuable talençais !


Lors de la séance du Conseil municipal du mercredi 4 novembre, nous avons eu à nous prononcer sur la décision n° 8 portant sur la reconduction du contrat du "Directeur de la communication".

Voir la décision :

Mon commentaire a été le suivant :

Monsieur le Maire,

Trois observations à propos de cette décision :

1) Nous avons bien noté qu’il s’agit d’une reconduction de contrat. Mais, nous voulons obtenir des informations sur les conditions initiales du processus de recrutement en 2006. Nous souhaitons connaître les conditions et les supports de publicité de l’appel à candidatures pour pourvoir le poste de Directeur de la communication. Quelle a été la procédure de recrutement (nombre de dossiers de candidature, nombre de candidats auditionnés, etc…).

2) L’agent en question est rémunéré en référence à l’indice brut 1015 de la fonction publique, ce qui correspond à 3 782,55 euros mensuels à compter du 01/10/2009. Cet agent bénéficie aussi d’une prime annuelle définie en Commission technique paritaire (CTP), pouvez-vous nous dire quel est le montant de ladite prime dans ce cas précis ?


3) A l’issue du présent contrat, c'est-à-dire au 31/12/2012, s’il est à nouveau reconduit, ce ne pourra l’être que sous la forme d’un Contrat à durée indéterminée (CDI). Or, cette éventuelle transformation du type de contrat de CDD en CDI apparaît génératrice de risques tant pour les finances municipales que pour la cohésion de l’équipe dirigeante. Prenons l’exemple d’un scénario que Monsieur le Maire souhaite fortement improbable : un changement à la tête de la municipalité lors des prochaines élections en 2014. Que fera-t-on de cet emploi de Directeur de la communication qui est un poste éminemment politique, tout le monde le sait ? Il pratiquement certain que le nouveau Premier magistrat souhaitera une personne de son choix pour diriger sa communication. Alors que faire ? Un licenciement est inconcevable si l’on se réfère aux pratiques de l’Administration. Alors, devra-t-on aménager un placard à balais et grever les finances municipales en continuant à payer le salaire de l’ex-Directeur de la communication ?

Pour conclure, cette affaire met en lumière le danger de la pérennisation d’emplois politiques qui, par essence, doivent rester éphémères.

Afin de ne pas travestir leurs propos, les réponses de Monsieur le Maire et de Madame Lutreau seront mises sur le blogue dès la parution du compte rendu de la séance.

Je peux toutefois indiquer, dès à présent, que la prime annuelle dont il est question s'élève à 800 euros.

1 commentaire:

  1. Il est précisé noir sur blanc dans cette décision que le contrat serait renouvelé, à compter de 2010, pour une durée de trois ans... Il n'est nulle part question d'un contrat à durée indéterminée...

    RépondreSupprimer