samedi 11 avril 2009

Asymétrie de l'information

Pour ceux qui ont assisté à la conférence débat : Culture économique et sortie de crise et pour ceux qui n'ont pas pu venir :


Si l'on en croit les tenants de la " nouvelle " économie, le planteur africain n'obtient pas un prix rémunérateur pour ses productions parce qu'il est mal informé, il est victime d'une asymétrie de l'information (Akerlof, Stiglitz… ). En fait, si le planteur recevait tous les jours en temps réel les cours internationaux du cacao, du café, du coton…, étant parfaitement informé sur l'état de la demande, il pourrait obtenir un prix rémunérateur de la multinationale qui lui achète sa production. En conséquence, il faut abonner le planteur aux journaux financiers et même, le doter de l'Internet à haut débit, mais pour cela le planteur devra fouiller sa case pour dénicher les prises électrique et du téléphone.


Même bien informé, ledit planteur peut ne pas obtenir un prix suffisant parce qu'il manque de capital social (ses " liens sociaux sont insuffisants ") (Coleman, Bourdieu, Putnam…). Autrement dit, les planteurs n'ont qu'à se regrouper, créer ou participer à des réseaux pour pouvoir négocier efficacement avec les multinationales, ils peuvent aussi, pour acquérir du capital social, adhérer à une confrérie ou à une secte, se convertir, envoyer leurs enfants dans les mêmes écoles que les dirigeants des multinationales, fréquenter les clubs de dirigeants, jouer au golf, fumer des havanes, passer leurs vacances à Cannes… Lorsque leur capital social accumulé sera suffisant notamment grâce aux réseaux bien établis, les planteurs pourront discuter d'égal à égal avec la multinationale qui achète leur production, même si le chiffre d'affaires de ladite multinationale représente un multiple du PIB du pays dans lequel les planteurs vivent. Ainsi, l'échange sera équitable.

En fait, les raisons de la pauvreté au Sud proviennent de l'asymétrie de l'information ou du défaut de capital social, les multinationales n'y sont pour rien !

2 commentaires:

  1. Quand Stiglitz parle d'asymétrie de l'information, il fait un constat, il n'analyse pas la cause. Au moins dans un premier temps. Stiglitz parle ensuite de la responsabilité morale des multinationales. Bon je ne vais pas défendre Stiglitz ici, il me semble qu'il suffit de le lire, mais complètement ;-)

    L'asymétrie de l'information est également à la base de tous les phénomènes de "plumage" des petits boursicoteurs par les gros, par exemple....

    Après, on croit ou non à la repsonsabilité morale des dirigeants de multinationales. Vu ce qu'il se passe actuellement, on peut douter à juste titre.

    Mais en douter, ne doit pas remettre en cause les explications de certains mécanismes de l'économie de marché mondialisée telle qu'elle existe aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire.

    J'ai lu Stiglitz, Akerlof et bien d'autres.... je vous engage dès à présent à lire mon prochain ouvrage à paraître (qui est chez l'éditeur) : La Tiers-Mondialisation de la planète... nouvelle microéconomie (Asymétrie de l'information, théorie de l'agence...), croissance endogène, nouvelle économie institutionnelle, etc., y sont décryptées...

    Il ne suffit pas de faire un constat, d'invoquer une pseudo responsabilité "morale"... sinon on reste dans le domaine du "responsable mais pas coupable"... et tout peut continuer comme avant...

    RépondreSupprimer