mercredi 31 décembre 2014

A vélo sur le cours de la Libération

Question orale posée au cours du Conseil municipal du 3 juillet 2014


À vélo sur le cours de la libération entre le lycée Victor Louis et le supermarché Casino

M. CONTE : Sur le cours de la Libération, entre le lycée Victor Louis et le supermarché Casino, sur la chaussée empruntée par les automobiles, il n’y a aucun pictogramme indiquant la présence de vélos.
Sur le trottoir, existe une bande qui, il y a plusieurs mois, comportait des pictogrammes signalant qu’il s’agissait d’une bande cyclable. Lesdits pictogrammes ont disparu, semblant signifier que la bande n’est plus cyclable, avec pour conséquence que les cycles empruntant la bande se trouveraient en infraction, car présumés roulant sur le trottoir, ce qui est interdit par le Code de la route.
En cas d’accident, quid des responsabilités ?
La Municipalité, ainsi que la Communauté Urbaine, doivent impérativement s’emparer de ce problème et apporter des solutions. De son côté, que va faire la Municipalité ?

M. GELLE : Vous avez totalement raison. Il y a un dysfonctionnement dans le concept de l'aménagement qui a été réalisé, dans sa conception originelle, puisqu’à l’usage nous nous sommes rendu compte qu’il y avait des conflits sur les points de rétrécissement, notamment derrière les arrêts de bus et les abribus. En effet, nous avions des conflits entre les vélos et les piétons.
D’autre part, la largeur de la bande cyclable n’était pas conforme aux règles et aux normes. Il a donc fallu supprimer les pictogrammes, ce qui veut dire qu’il n’y a pas, sur cette portion là, dans le sens que vous avez indiqué, d’aménagement cyclable, ce qui n’est absolument pas satisfaisant.
D’une part, il va falloir que la CUB revoie sa copie. D’autre part, concernant les responsabilités, cela veut dire que la circulation des vélos se passe dans la circulation générale sur la chaussée, pour cette portion-là.

De manière plus globale, lors de l'aménagement entre le rond-point du McDonald’s pour faire simple et Casino, nous nous sommes rendu compte que les aménagements conçus par nos amis ingénieurs de la CUB, qui nous ont « vendu » malgré nos réticences les arrêts de bus en pleine chaussée, notamment pour ralentir la vitesse des autres véhicules, s’avèrent tout ralentir. J’ai été entre guillemets «convaincu» par les services de
la CUB, notamment pour des questions d'accessibilité. Le fait d’avoir des arrêts de bus sur la chaussée générale permet d'avoir des hauteurs de bordures qui autorisent un accès facilité, pour les personnes à mobilité réduite.
Pour autant, nous avons des effets pervers, notamment celui de bloquer toute la circulation, ainsi que celle des autres bus, des cars du département et des ramassages privés des collèges etc qui fait que ce tronçon-là est complètement saturé, notamment aux heures de pointe, du fait des temps de montée et de descente des élèves du lycée Victor Louis.
Nous avons saisi la CUB, pour leur demander d’imaginer des aménagements complémentaires en vue de résoudre ces problèmes-là, mais également pour aménager un tourne-à-gauche au niveau du Casino, afin que les bus puissent être stockés en partie axiale et ne pas bloquer la circulation générale. 
De manière plus globale, nous allons saisir la CUB et mettre cela dans le contrat de «codéveloppement», pour revoir de façon plus générale l'aménagement entre le Mc Donald’s et Casino. Nous avons constaté que la structure de la chaussée s’est fortement dégradée et très rapidement, ce qui est extrêmement surprenant. Enfin, il faudra récupérer de l’espace pour un aménagement cyclable, au détriment de cette bande centrale, qui présente des comportements anormaux.

M. CONTE : Je serai bref. Nous restons toujours dans le «responsable, mais pas coupable». C’est comme pour les trains qui sont trop larges, il va falloir raboter tous les quais, mais personne n’est responsable.
Que s’est-il passé ? Combien a coûté cet aménagement ? Il a été mal conçu, cela a coûté beaucoup d’argent et il va falloir recommencer ! On me dit ici que nous sommes soucieux des deniers publics et en fait nous organisons le gaspillage !

M. LE MAIRE : En dehors du règlement intérieur, exceptionnellement, vous pouvez intervenir.

M. DELLU : Justement, les Conseils Communaux dont on a parlé tout à l'heure, ont été l’occasion, il y a 9 ou 10 ans, c'était Monsieur MONFERIER qui présidait le Conseil Communal, d’évoquer par anticipation, puisqu’à l’époque, il ne s’agissait que d’esquisses, ce genre de problèmes et notamment, je m’en souviens très bien, des questions des riverains sur les tracés des pistes cyclables sur les trottoirs, en particulier aux débouchés directs des sorties de garages. Par voie de conséquence, il a été dit : «Ce ne sont pas des pistes cyclables, parce qu’elles sont sur les trottoirs», ce qui était probablement une réponse réglementaire.
En attendant, nous avions tout de même posé ces problèmes et aujourd'hui, 10 ans après, on se dit que finalement cela n’a pas fonctionné. Comme quoi, cela montre que les Conseils Communaux peuvent être utiles, à condition d’en tenir compte.

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

dimanche 28 décembre 2014

Réponse à la question orale : Lutter contre la pauvreté et le dénuement à Talence

Conseil municipal du 3 novembre 2014



Ma question orale a été posée par Stephane Ambry car, pour des raisons légitimes, j'ai quitté le Conseil municipal avant son terme.

M. LE MAIRE : Bernard CONTE et François JESTIN ne sont pas là. C'est ce dernier qui devait lui répondre.
M. AMBRY : J’ai une question orale de Bernard CONTE, qui m’a chargé de la lire et qui attend, bien évidemment, votre réponse.
En écho à son blog, que tout le monde connaît et auquel il faut se reporter, il nous pose une question sur la façon de lutter contre la pauvreté et le dénuement à Talence.

"La crise économique et sociale qui frappe la France répand, telle une pandémie, la pauvreté et le dénuement. Ainsi, « La France compte entre 5 et 8,6 millions de pauvres selon la définition adoptée. Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté de 1,3 millions. » (http://blog-conte.blogspot.fr/2014/09/la-pauvrete-progresse-en-france.html)
De plus, un nombre croissant de personnes, sans entrer dans la catégorie officielle des « pauvres », n’arrive plus à joindre les deux bouts.
Talence n’est pas épargnée par le phénomène de paupérisation et l’approfondissement de la crise multiplie les besoins d’aide et les rend toujours plus urgents.
Les services sociaux municipaux, principalement le CCAS, font un travail remarquable mais ils ne peuvent couvrir la totalité des besoins exprimés par la population talençaise dans son ensemble.
C’est pour ces raisons que des organisations, laïques ou confessionnelles, œuvrent bénévolement sur notre commune. Il en est ainsi de la Société Saint Vincent de Paul.
A l’instar d’autres organisations, telles le Secours populaire, l’association Frédéric Sévène, Talence Sel…,  la Société Saint Vincent de Paul procède à des distributions de colis alimentaires notamment en lien avec Simply-Market. De plus ladite société procède aussi au transport de meubles, d’objets électroménagers, de vêtements… au profit de toutes les couches de population en souffrance (retraités, personnes à revenus faibles, femmes et hommes seuls…).
Avec le durcissement de la crise, on assiste à une « explosion » des besoins qui engendre des difficultés croissantes pour répondre à de telles exigences.
La Société Saint-Vincent de Paul de Talence ne dispose pas de grands moyens financiers et se voit également confrontée  à  des difficultés  logistiques en raison de la vétusté d’un camion gracieusement « prêté » par la Mairie.
A la fin de l’année 2014, ce véhicule sera réformé mettant en danger une  grande partie des actions sociales.
Dans ce contexte, il apparaît indispensable que la Mairie consente le prêt d’un nouveau véhicule utilitaire de plus grand gabarit (type « fourgon ») afin de poursuivre ces activités dans de bonnes conditions.
Nous sommes conscients de l’importance de l’investissement demandé mais ledit « fourgon » pourrait bénéficier d’une mutualisation – selon un calendrier négocié - avec d’autres organisations œuvrant dans la même direction ce qui augmenterait fortement la rentabilité de cette action.

Pour terminer, il est à noter que la présente demande nous a été formulée, à Simone Bonoron et à moi-même, au cours du dernier forum des associations."


M. LE MAIRE : La réponse que vous aurait apportée François JESTIN, est que naturellement nous sommes tous conscients de l’excellent travail effectué par Saint-Vincent de Paul. Le problème est que nous nous trouvons confrontés à un parc automobile vieillissant de la Ville de Talence. Beaucoup de véhicules devraient être remplacés et malheureusement, vous le verrez à l’occasion du budget, nous avons des obligations draconiennes de réduction des frais de fonctionnement et nous ne savons pas ce que nous aurons l’année prochaine.
Des villes sont déjà à la limite d’une alerte de la part de la préfecture, vous connaissez notre situation et vous la connaîtrez. Nous devons économiser pratiquement 1,5 M€ cette année, entre les rythmes scolaires et les dotations qui ont diminué. Nous savons que l’année suivante, 1,5 M€ se rajouteront, ce qui fait plus de 10 % de la fiscalité, puisque la fiscalité est de 22 M€ et que 10 % représentent donc environ 2 M€. Nous sommes dans une situation extrêmement préoccupante, du fait de ce que nous avons évoqué en début de séance dans la motion.
Nous sommes tous d’accord sur le principe d’aider Saint-Vincent de Paul, mais il faut savoir de quels moyens nous disposerons. Nous ne sommes pas sûrs de trouver un camion.


Mme BONORON : (Hors micro.) 
Le problème de ce camion se situe surtout dans le cadre de la mutualisation. Comme nous avons un nombre croissant de personnes dans la gêne, ils vont mutualiser leurs moyens. C’est dans ce cadre-là que ce camion va servir ces intérêts et est nécessaire, pour justement pouvoir véhiculer d’une association à l’autre. (Hors micro.)
M. LE MAIRE : Le problème est qu’il faut un camion. Point. Comme l’a dit Emmanuel, 
nous en parlerons lors du budget. Qu’enlèverons-nous pour acheter un camion ? C'est tout.Pour leur en prêter un, il faudrait que nous en ayons un. Si le camion est hors-service, nous n’allons pas en inventer un autre. Il faudra que nous voyions ce que nous avons dans le parc. Nous n’allons pas trancher cela aujourd’hui. La volonté de les aider existe. Nous avons également diminué les prêts de véhicules à Bagatelle. J’ai reçu un courrier des habitants et des personnes qui utilisaient le véhicule. Nous avons moins de véhicules, parce que certains partent à la réforme et si nous ne pouvons pas les remplacer, il y a un vrai problème de matériel. Nous verrons cela au moment du budget, mais il faudra faire des choix par rapport à cela.

Mme BONORON : (Hors micro.)

M. LE MAIRE : C’est demandé de tous les côtés, le CCAS les connaît. Le problème est qu’il faut trouver les moyens d’acheter un véhicule. Nous verrons donc cela à l’occasion de la préparation du budget

mardi 23 décembre 2014

lundi 22 décembre 2014

Opération "Code forum" - La réponse de M. Sebton à ma question orale

Conseil municipal du 3 juillet 2014



Question orale : L’opération « Code forum »

M. CONTE : Le samedi 7 juin s’est déroulée l’opération « Code forum ». Un mois après, il doit être possible d’obtenir un bilan détaillé de ladite opération.
Le volet financier apparait intéressant car, lors du Conseil municipal du 26 mai, Aurélien Sebton n’était pas en mesure de fournir des données précises sur le budget global de l’opération. Il déclarait à ce propos : « Nous sommes à moins de 20 000 € sur un budget global, je crois que c’est 18 500 €. »
Nous sommes tous soucieux de l’utilisation des deniers publics, et il convient d’assurer, dans ce domaine, la pleine transparence vis-à-vis des Talençaises et des Talençais.


Quel a été le coût réel de l’opération « Code forum » ? Outre les charges directes (groupes musicaux, etc), ce coût doit intégrer les dépenses collatérales notamment liées au personnel municipal (par exemple les heures supplémentaires…). Côté recettes : quelles ont été les contributions respectives à la manifestation (concours financiers, en personnel, ou autre) des partenaires cités dans le programme de l’évènement (Blackbox, la Licra, les Bramers, le CAJ, Boulevard des potes, Radio Air, le service culturel, le Forum des arts et de la culture, les lycées Kastler et Victor Louis) ?

M. SEBTON : Je vous remercie pour le tarif spécial que j’ai pour mes délibérations et pour Code Forum, puisque apparemment vous y portez un grand intérêt. Vous avez raison, car c’est un beau projet. Je parle d’un projet, puisqu'il s’agit d’une manifestation et d’un projet tout au long de l’année.
Je vais vous fournir des éléments de bilan exhaustifs. Il y a eu quatre interventions sur l’atelier radio au lycée Kastler, dans plusieurs classes, dont la classe DIPA, le dispositif
pour les primo-arrivants. Cela a concerné 50 élèves. Quatre interventions ont eu lieu dans les classes du lycée Victor Louis, ainsi que des interventions dans les cours de récréation qui ont concerné 60 élèves. Un travail de réflexion autour d’un court-métrage a eu lieu, avec le CAJ et a concerné 20 jeunes. Un travail d’atelier a été fait autour du théâtre d’improvisation et a concerné 20 jeunes.

Lors de l’événement, il y avait deux temps, dont un temps d’échange et de restitution des travaux tout au long de l’année, pendant lequel il y avait environ 70 personnes dans la salle. Je vous le concède, il faudra sûrement retravailler ce que nous faisons déjà, pour faire évoluer la manifestation, afin que lors de cette restitution, il y ait plus de personnes.

Pendant l’événement, il y avait 4 000 personnes sur la place du Forum, c’est ce que j’ai lu dans «Sud Ouest» et je le confirme.
Concernant les éléments budgétaires, je vais être précis :
- L’atelier radio dans les lycées, plus les restitutions : 1 520 €. 
- Les prestations artistiques, de la part de l’association ARBT*, qui nous a proposé le plateau Blackbox avec notamment le fameux groupe Magic System et d’autres artistes : 5 000 €.
- L’association Bramers, qui est une association talençaise, nous a proposé des artistes locaux, dans le cadre d’un tremplin pour les artistes locaux et a bénéficié d’une subvention de 5 000 €.
- Le stand-up et l’association CL Comédie ont coûté 2 500 €, sachant que nous avons lancé un tremplin et une jeune talençaise a pu participer au stand-up.
- Concernant les taxes, nous avons payé 1 000 € à la SACEM.
- La sonorisation et les régies nous ont coûté 2 139 €.
- La communication a été valorisée à 624 €.
- La sécurité a été valorisée à 1 274 €.
- Nous avons mis à part les heures des agents de la Ville, car cela n’a pas été un coût supplémentaire pour la Ville, puisque les agents vont récupérer leurs heures et non prendre des heures supplémentaires. Cela représente 2 133 €.
- Nous avons valorisé la promotion de la radio Blackbox à 1 500 €.
- Nous avons fait une demande de subvention de 2 000 € au Conseil Général qui, cette année, n’a pas été suivie, contrairement à l’année dernière. La plupart du temps, le Conseil Général finance la première année et laisse les collectivités prendre leur envol la deuxième année.
Tels sont les éléments de réponse, Monsieur CONTE.

M. CONTE : Je vous remercie, j’espère que je pourrai avoir le détail. Combien a coûté le groupe ? C'est les 5.000 €.

M. SEBTON : Il s’agit d’une prestation globale. Si voulez le savoir, le groupe Magic System, en tant que tel, n'a pas touché de cachet. Il était en promotion et c’est grâce à la radio Blackbox que nous avons réussi à l’avoir. Il est vrai qu’il est venu pour trois ou quatre morceaux, mais il est très rare d’avoir un groupe tel que celui-là gratuitement. Il est venu sans cachet, pour la cause et pour la radio Blackbox.

Mme GRESLARD-NEDELEC : Il y avait 15 jeunes, 17 adultes, 7 invités officiels et 5 jeunes comédiens du CAJ.

M. SEBTON : Nous n’avons pas fait les mêmes comptes.

Mme GRESLARD-NEDELEC : Je compte toujours très exactement.

M. SEBTON : Je voulais juste vous rappeler, par rapport à ce que j'entends sur la question budgétaire, qu’à titre de comparaison, les Z’Arpètes à Villenave d’Ornon coûtent 40 000 € pour 3 000 participants, les Vibrations Urbaines, toutes choses égales par ailleurs, coûtent 400 000 € pour 10 000 participants et les Quartiers Libres de Mérignac, 40 000 € pour 3 000 participants.
Si vous faites le ratio, je trouve que la Ville de Talence gère bien ses deniers publics.

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

vendredi 12 décembre 2014

Questions orales pour le Conseil municipal du 15 décembre 2014


Question 1.
Le musée du calcul

Monsieur le maire,

à plusieurs reprises vous avez annoncé votre soutien au projet de création d’un musée du calcul par l’association Homo Calculus et Monsieur Michel Mouyssinat - par exemple : http://www.sudouest.fr/2010/10/09/le-calcul-au-musee-207250-3200.php .
Monsieur Mouyssinat vous a informé, en son temps, de la décision de M. Lusseaud, propriétaire de la maison Veillon, de ne plus donner suite au projet auquel il avait été associé.

Depuis, la mairie n’a pas jugé bon d'étudier la faisabilité de ce projet avec d'autres partenariats ou bien dans le cadre de ses projets culturels.

Pourtant, le projet initial a pris une nouvelle dimension car intégré au projet de musée national de l’informatique et de la société numérique avec pour partenaires : le musée du CNAM, Grenoble avec l'association ACONIT, l’Université de Nice Sophia Antipolis, l’INRIA ... entre autres.

Ce musée national serait géographiquement réparti et la collection Homo Calculus (appartenant à M. Mouyssinat), une des plus attractives sur la période 1850 - 1950 (préhistoire de l’informatique) serait une composante de ce musée en région aquitaine, disons Bordeaux ou Talence...


Vu sa dimension nouvelle, il serait intéressant que Talence étudie à nouveau la faisabilité du projet de musée sachant que la France est aujourd’hui le seul grand pays d’Europe à ne pas avoir pas son musée de l’informatique et du numérique.

Question 2.

La fusion Robert Piqué et Bagatelle
Monsieur le Maire,

La fusion des hôpitaux Robert Piqué  et Bagatelle devrait s’opérer très prochainement. Cette fusion  est porteuse d’incertitude et elle suscite des inquiétudes à propos du maintien ou du transfert de certains services et de l’impact sur le devenir des salariés.

Monsieur le Maire avez-vous des informations plus précises ?

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...


mercredi 10 décembre 2014

Conseil municipal du 15 décembre 2014 : Ordre du jour

Conseil Municipal du 15 décembre 2014
Ordre du jour

RAPPORTEUR : M. LE MAIRE
MOTION : Extension du périmètre du Plan particulier d’intervention de la centrale nucléaire du
Blayais
1 – Approbation du procès-verbal de la séance publique du 3 novembre 2014
2 – Décisions municipales – Information du Conseil
3 - Commission municipale chargée des questions d'urbanisme - Remplacement d'un poste de suppléant
4 - Passation d'une convention de partenariat avec l'Association "Pour la vie"
5 - Rapport des administrateurs sur les Sociétés Publiques Locales au titre de la loi du 28/05/2010- SPL La Fab -

RAPPORTEUR : M. VILLEGA-ARINO - Adjoint délégué à la Culture
6 - Reprise en régie directe de certaines des activités de l'OCET – Passation d'une nouvelle
convention d'objectifs
7 - Subvention à l'Association GRANDPIANO
8 - Subvention sur projet à l'Association DOLABIP
9 - Avenant à la convention d’objectifs 2012/2014 "Scène de musiques actuelles" de Talence -
Association régionale d’expression musicale aquitaine
10 - Convention tripartite entre l'association "Compagnie les 13 Lunes", l'IDDAC et la ville de
Talence

RAPPORTEUR : M. GELLE - Adjoint délégué au Patrimoine Communal
11 - Cession parcelle AZ 520 lot F Avenue Georges Lasserre
12 - Cession parcelle AZ 519 lot G Avenue Georges Lasserre
13 - Acquisition d’une parcelle située rue Fernand Izer cadastrée AK 443
14 - Acquisition d’une parcelle située 54 rue Marc Sangnier cadastrée AE 32
15 - Convention de mise à disposition du logement communautaire École Élémentaire Jules
Michelet

RAPPORTEUR : M. DUART - Adjoint délégué au Périscolaire
16 - Conventions de mise à disposition d'auxiliaires de vie scolaire
17 - Convention avec la Caisse d'Allocations Familiales : Aide Spécifique - Rythmes Scolaires

RAPPORTEUR : Mme LUTREAU-CHAVERON – Adjointe déléguée aux Ressources
Humaines
18 - Renouvellement de l’Adhésion au Centre de Gestion de la Gironde au «Socle Commun»
d’appui technique en gestion des Ressources Humaines
19 - Rémunération des animateurs des TPS
20 - Reconduction d’un poste de Chargé de Mission Prévention - Sécurité
21 - Création de postes

RAPPORTEUR : M. SEBTON – Adjoint délégué à la Jeunesse
22 - Avenant n° 3 au Contrat Enfance Jeunesse 2011- 2014 . Ville de Talence/ CAF
23 - Convention Prestation de Service Ordinaire ALSH

RAPPORTEUR : M. GOYER - Adjoint délégué à l'Urbanisme
24 - Prorogation du permis d'aménager PA 335222012Z0002 pour la création d'un terrain à usage
de sport motorisé/ Chemin des Maures parcelle BI2

RAPPORTEUR : M. SALLABERRY – Adjoint délégué aux Finances
25 - Subvention exceptionnelle à l'École Talençaise des Sports Motorisés
26 - Tarifs des locations des salles municipales
27 - Tarifs des droits de place et redevances d’occupation du Domaine Public
28 - Participation obligatoire au financement de l'école privée sous contrat d'association – Saint- Gabriel
29 - Exercice budgétaire 2014 – Décision modificative N°1
30 - Exercice budgétaire 2014 - SPIC Service Extérieur des Pompes Funèbres - Décision
modificative N°1

RAPPORTEUR : M. BONNIN - Conseiller municipal délégué aux travaux
31 - PVR Cours du Maréchal Galliéni (du 52 au 132)

RAPPORTEUR : M. LABOURDETTE - Conseiller municipal délégué à l'Emploi
32 - Convention de mise à disposition entre la ville de Talence et l’association intermédiaire
REAGIR pour l'année 2015
33 - Renouvellement de la convention de partenariat avec la Mission Locale des Graves pour
l’année 2015
34 - Mise à disposition de locaux municipaux à l'association "Portes du Sud"
35 - Participation financière de la ville de Talence à l'association "Portes du Sud"
36 - Approbation du protocole d'accord PLIE 2015 / 2019

QUESTIONS ORALES

mardi 9 décembre 2014

Manifeste Républicain pour l’union du peuple de France

MANIFESTE REPUBLICAIN
Pour l’union du peuple de France

Pour rejoindre le Comité Valmy : Signer le Manifeste Républicain
samedi 6 décembre 2014, par Comité Valmy

COMITE VALMY
MANIFESTE REPUBLICAIN POUR L’UNION DU PEUPLE DE FRANCE

Depuis l’effondrement de l’URSS, nous vivons dans un monde unipolaire livré à l’hégémonie d’une seule superpuissance : les Etats-Unis d’Amérique. Cette situation nouvelle entraîne des conséquences d’une extrême gravité.

Les USA utilisent à leur profit la mondialisation des échanges qu’ils entendent rendre obligatoire à l’échelle planétaire, pour imposer leur domination financière, économique, culturelle, linguistique et, finalement, politique. Le phénomène de mondialisation, amplifié par leur mainmise sur les moyens modernes de communication et soutenu par une idéologie ultralibérale, assure la toute-puissance des marchés financiers et prétend réduire à néant l’autonomie d’action des États-Nations, fermement invités à déréglementer, à privatiser et à subordonner l’ensemble de leur politique au seul objectif des marchés, qui est la rentabilité financière immédiate. Une telle évolution conduit à une régression sociale sans précédent.

La classe dirigeante, de gauche comme de droite, sombre dans l’impuissance et la démission, renonce à toute action volontariste, et se soumet au nouvel ordre mondial imposé par les Américains. Quant à la « construction européenne », qui se fait contre les peuples, loin de constituer – comme l’affirment les propagandistes de la pensée unique – un contre-pouvoir à l’hégémonie américaine, elle se met au service de cette dernière en accélérant la perte de souveraineté des États-Nations au profit d’autorités technocratiques hors de tout contrôle démocratique et se montre incapable de créer une identité européenne par le simple fait que les peuples sont laissés à l’écart.

Les initiateurs du présent manifeste, qui sont issus de familles politiques différentes, gaullistes, communistes, ex-chevènementistes, socialistes, souverainistes, écologistes, etc., invitent en conséquence tous les patriotes de l’arc républicain à les rejoindre en vue de promouvoir une alternative politique et électorale au système aliénant qui nous est imposé de l’extérieur.

Les initiateurs du présent manifeste proposent que ce rassemblement républicain se fasse autour des principes suivants :

1 – Rétablissement de la Nation et de l’État républicain dans ses compétences et ses moyens d’action politiques et économiques. Selon la Constitution et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la souveraineté, nationale est inaliénable. L’État républicain trouve sa légitimité dans le suffrage universel, expression de la souveraineté populaire et permet au peuple français de maîtriser son destin.

2 – Opposition résolue à I’ultralibéralisme, expression de l’hégémonie de l’impérialisme américain, et au modèle uniforme de soumission à la loi des marchés qu’il cherche à imposer au travers de la mondialisation des échanges et des institutions internationales qu’il contrôle (Organisation Mondiale du Commerce, Fonds Monétaire International, Banque Mondiale). En conséquence : affirmation du primat de la politique et de l’État républicain sur L’économie et les marchés financiers qu’il importe de réglementer et de contrôler socialement, tant sur le plan national qu’international.

3 – Refus de la « marchandisation » de la totalité des activités humaines.Volonté de placer l’Homme, le citoyen et non le profit au centre de la société. Refus de considérer des activités aussi essentielles que la santé publique ou la culture comme de simples activités marchandes.

4 – Réaffirmation des valeurs de la République, une et indivisible, et notamment de la laïcité qui en est l’un des principes fondateurs. À cet effet, amplification du modèle d’intégration républicaine, lutte contre les sectes, refus du communautarisme et du racisme, mise en œuvre d’une politique d’éducation nationale visant à former des citoyens et non des consommateurs.

5 – Construction d’une société basée sur la solidarité, et non sur une concurrence permanente contraire à la cohésion sociale et à la justice sociale. À cet effet priorité absolue à la lutte contre le chômage, la pauvreté, l’exclusion et les inégalités sociales. Développement de la participation et de l’intervention citoyenne à tous les niveaux, chacun devant pouvoir peser sur son propre destin. Défense et promotion des services publics et des systèmes de protection sociale. Volonté d’assurer la sécurité publique.

6 – Retour à une politique étrangère et à une défense nationale souveraines, l’armée devant rester sous le contrôle de la Nation et en dehors de l’OTAN. À cet égard, la France doit condamner l’utilisation de l’OTAN par les Etats-Unis en un instrument militaire offensif destiné à mener les opérations militaires et de police internationales qu’ils estiment nécessaires à la promotion de leurs intérêts stratégiques et à leur volonté de domination mondiale.

7 – Attachement au rôle international de la France. Loin de se replier sur l’hexagone ou de se fondre dans un ensemble européen où son identité disparaîtrait, la France doit se faire entendre sur la scène internationale, notamment par le soutien à la francophonie, en renforçant ses liens avec les pays francophones des cinq continents et en assurant le rayonnement mondial de sa langue et de sa culture. La France doit en même temps agir pour la solidarité entre les peuples et entre les nations, en soutenant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, contre tous les impérialismes.

8 – Retrait de la France de l’Union européenne et rétablissement du Franc. Participation éventuelle à une Europe confédérale de Nations libres reposant sur le respect des peuples et des règles de la démocratie. À cet effet, dénonciation unilatérale des traités (mise en œuvre de l’article 50 du T.U.E.) et retrait des institutions européennes, non démocratiques (Banque centrale, Cour de justice, Commission, Parlement, etc.), et de la monnaie unique. Rejet de toute dérive vers le fédéralisme, le régionalisme ou la combinaison de ces deux concepts qui aboutirait à une Europe fédérale des régions, clone de l’Allemagne actuelle.

Les signataires de ce manifeste estiment qu’aujourd’hui en 2012, au-delà des divergences entre la gauche et la droite, une ligne de fracture essentielle se situe entre ceux qui estiment que la Nation est une structure dépassée et ceux qui pensent que pour longtemps encore, elle est la seule à permettre aux peuples de disposer d’eux-mêmes, de maîtriser et de construire leurs destins. Ils font valoir que le véritable clivage qui transcende la gauche et la droite se situe dorénavant entre républicains attachés à la citoyenneté et à l’État-Nation et ultralibéraux attachés au seul profit et acceptant la domination des marchés.

Face à cette situation et au vu de la carence généralisée de la classe politique au pouvoir, toute entière ralliée à la pensée unique ultralibérale, il apparaît nécessaire d’appeler à un rassemblement sans exclusive de tous les Français attachés aux valeurs, aujourd’hui en péril, de la République et de la Nation.

Pour une France libre et de progrès, une nouvelle résistance doit s’organiser. La victoire de ce combat passe par l’Union du peuple de France et implique le rétablissement du Franc et le retrait de notre pays de l’Union Européenne.

Version actualisée du Manifeste (novembre 2012), dans l’esprit du pluralisme initial de son élaboration (1er trimestre 1998).
ADHÉSION AU COMITÉ VALMY
Je soussigné (NOM) ........................................ (Prénom) ............................. Profession ............................................................................................. Adresse ................................................................................................. ............................................................................................................... Courriel ............................................................ Tél. ..............................
signe le Manifeste et adhère au Comité Valmy. Date et signature : ............................................................................................
Montant de la cotisation annuelle : 40 € (chèque à l’ordre du Comité Valmy)
Bulletin et règlement à envoyer par courrier postal à : COMITÉ VALMY - 4 Impasse de la Grosse Bouteille - 75018 Paris
« Il n’y a pas de libération sociale sans libération nationale. »


L'emploi en France : les prévisions 2015

L'emploi en France en 2015.... pas terrible...


Par Olivier Passet - Directeur des synthèses, Xerfi