samedi 28 juin 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 3 JUILLET 2014 : Ordre du jour

CONSEIL MUNICIPAL DU 3 JUILLET 2014

Ordre du jour



RAPPORTEUR : M. LE MAIRE
1 - Approbation du procès-verbal des séances publiques des 23 avril et 26 mai 2014
2 - Décisions municipales – Information du Conseil
3 - Création d’une commission municipale permanente chargée des questions d’urbanisme 
4 - Autorisation de signature de conventions relatives à l'installation de dispositifs
d’éclairage public, d'illuminations de fin d’année et de plaques de dénomination de rue sur les façades d'immeubles privés
5 – Délégations et représentations du Conseil Municipal au sein de divers organismes extérieurs – OCET
6 - Délégations et représentations du Conseil Municipal au sein de divers organismes
extérieurs - Modification

RAPPORTEUR – M. VILLEGA-ARINO – Adjoint délégué à la Culture
7 - Désignation du titulaire des licences d'entrepreneur de spectacle n° 1-2-3
8 - Saison culturelle 2014-2015- Fixation des tarifs

RAPPORTEUR : M. GELLE – Adjoint délégué au Patrimoine Communal
9 - Cession de la propriété communale sise 65 rue Fernand Izer
10 - Mise en vente d'un lot à bâtir issu de la restructuration de l'école Georges Lasserre

RAPPORTEUR : Mme SALLET – Adjointe déléguée à la Citoyenneté
11 - Convention de partenariat entre la Ville de Talence et l’association «Espace 33»
dans le cadre des permanences d'accès aux droits de la Maison des Droits de l'Homme et du Citoyen

RAPPORTEUR : M. JESTIN – Adjoint délégué à la Requalification de Thouars – aux Solidarités - à l'Aide et au Soutien aux Aînés
12 - Requalification urbaine du quartier de Thouars – Avenant n° 2 au protocole d'intervention sur le projet urbain de Talence Thouars
13 - Convention de partenariat entre la Ville de Talence et l'association Unis cité en vue d'assurer la poursuite pour l'année 2014/2015 du projet «visites de convivialité» auprès des personnes âgées

RAPPORTEUR : M. SEBTON - Adjoint délégué à la Jeunesse
14 - Ouverture d'un Accueil Collectif de Mineurs et fixation des tarifs

RAPPORTEUR : M. GOYER – Adjoint délégué à l'Urbanisme
15 - Autorisation de dépôt d’un permis de construire précaire par le Centre Communal d'Action Sociale en vue de l'implantation de constructions modulaires

RAPPORTEUR : M. SALLABERRY- Adjoint délégué aux Finances
16 - Dotation de Solidarité Urbaine – Rapport sur les actions de développement social urbain en 2013
17 - Produits communaux - Années 2010 à 2013 - Admissions en non-valeur
18 - Subventions aux associations talençaises – Correction

RAPPORTEUR : Mme FABRE-TABOURIN – Adjointe déléguée à la Participation Citoyenne
19 - Conseils Communaux de Talence – Modification de la Charte
20 - Conseils Communaux de Talence – Désignation des membres du collège des élus et personnalités

RAPPORTEUR : Monsieur LABOURDETTE - Conseiller Municipal délégué à l'Economie, à l'Emploi et au Développement Intercommunal
21 - Participation de la Ville de Talence au dispositif «compétences Clés» protocole d'accord avec l'IREP - Institut de Recherche et d'Education Permanente pour 2014

RAPPORTEUR : Mme PITOT – Conseillère municipale déléguée à l'Emploi territorial et à la Formation
22 - Nombre de représentants du personnel à la Commission Administrative Paritaire,  au Comité technique et au Comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail
23 - Réévaluation de la rémunération d'un ETAPS non titulaire du stade nautique Henri Deschamps
24 - Reconduction des activités de la pratique sportive libre le dimanche et les jours fériés et ouverture d'un créneau supplémentaire sur la salle Pierre de Coubertin : + 1h par semaine
25 - Animateur cyberbase - Maintien du poste au tableau des effectifs
26 - Modalités de rémunération des agents contractuels de l'Ecole de Musique
27 - Atelier d'écoute musicale – Espace Seniors
28 - Modification du nombre de postes de directeurs des temps périscolaires au Tableau des Effectifs des non titulaires

vendredi 27 juin 2014

Le dollar et le nouvel impérialisme américain


Jean-Michel Quatrepoint - Journaliste-essayiste

Le dollar est un élément de vassalisation de l'Europe.





jeudi 26 juin 2014

Le frelon asiatique à Talence

Ce matin du 26 juin, j'ai photographié un nid de frelons asiatiques accroché à une façade, rue Jean-Baptiste Pomiès à Talence.

Il me semble que dans le temps, les pompiers s'occupaient des nids de guêpes et autres (il me semble aussi que c'était gratuit)... J'ai appris que maintenant c'est au propriétaire de  faire appel à une entreprise spécialisée et de prendre en charge financièrement la destruction du nid.

C'est ce qu'ils appellent le progrès.








dimanche 22 juin 2014

De la servitude moderne…..

==Source== http://www.flickr.com/photos/whoisthatwithrachel/310587603/ Benkos Bioho


De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.


L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. 


La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la critique exacte de la société qu’il nous faut combattre. 

Ce film est avant tout un outil militant qui a pour vocation de faire s’interroger le plus grand nombre et de répandre la critique partout où elle n’a pas accès. Les solutions, les éléments de programme, c’est ensemble qu’il faut les construire. Et c’est avant tout dans la pratique qu’elles éclatent au grand jour. Nous n’avons pas besoin d’un gourou qui vienne nous expliquer comment nous devons agir. La liberté d’action doit être notre caractéristique principale. Ceux qui veulent rester des esclaves attendent l’homme providentiel ou l’œuvre qu’il suffirait de suivre à la lettre pour être plus libre. On en a trop vu de ces œuvres ou de ces hommes dans toute l’histoire du XXº siècle qui se sont proposés de constituer l’avant-garde révolutionnaire et de conduire le prolétariat vers la libération de sa condition. Les résultats cauchemardesques parlent d’eux-mêmes.

Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue. Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous aspirons. La recherche d’un bouc émissaire en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique est vieille comme la civilisation et elle n’est que le produit des frustrations de ceux qui cherchent des réponses rapides et simples face au véritable mal qui nous accable. Il ne peut y avoir d’ambigüité sur la nature de notre combat. Nous sommes favorables à l’émancipation de l’humanité toute entière, sans aucune forme de discrimination. Tout pour tous est l’essence du programme révolutionnaire auquel nous adhérons.

Les références qui ont inspiré ce travail et plus généralement ma vie sont explicites dans ce film : Diogène de Sinoppe, Étienne de La Boétie, Karl Marx et Guy Debord. Je ne m’en cache pas et ne prétend pas avoir inventé l’électricité. On me reconnaîtra simplement le mérite d’avoir su m’en servir pour m’éclairer. Quand à ceux qui trouveront à redire sur cette œuvre en tant qu’elle ne serait pas assez révolutionnaire ou bien trop radicale ou encore pessimiste n’ont qu’à proposer leur propre vision du monde dans lequel nous vivons. Plus nous serons nombreux à diffuser ces idées et plus la possibilité d’un changement radical pourra émerger.

La crise économique, sociale et politique a révélé la faillite patente du système totalitaire marchand. Une brèche est ouverte. Il s’agit maintenant de s’y engouffrer sans peur mais de manière stratégique. Il faut cependant agir vite car le pouvoir, parfaitement informé sur l’état des lieux de la radicalisation de la contestation, prépare une attaque préventive sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusqu’à maintenant. L’urgence des temps nous impose donc l’unité plutôt que la division car ce qui nous rassemble est bien plus profond que ce qui nous sépare. Il est toujours très commode de critiquer ce qui se fait du côté des organisations, des individus ou des différents groupes qui se réclament de la révolution sociale. Mais en réalité, ces critiques participent de la volonté d’immobilisme qui tente de nous convaincre que rien n’est possible. Il ne faut pas se tromper d’ennemis. Les vieilles querelles de chapelle du camp révolutionnaire doivent laisser la place à l’unité d’action de toutes nos forces. Il faut douter de tout, même du doute.

Le texte et le film sont libres de droits, ils peuvent être copiés, diffusés, projetés sans la moindre forme de contrainte. Ils sont par ailleurs totalement gratuits et ne peuvent en aucun cas être vendus ou commercialisés sous quelque forme que ce soit. Il serait en effet pour le moins incohérent de proposer une marchandise qui aurait pour vocation de critiquer l’omniprésence de la marchandise. La lutte contre la propriété privée, intellectuelle ou autre, est notre force de frappe contre la domination présente.Ce film qui est diffusé en dehors de tout circuit légal ou commercial ne peut  exister que grâce à l’appui de personnes qui en organisent la diffusion ou la projection. Il ne nous appartient pas, il appartient à ceux qui voudront bien s’en saisir pour le jeter dans le feu des combats.
Jean-François Brient et Victor León Fuentes 
1ère partie

De la servitude moderne,1ère partie (sur 3) par avantiprod

2ème partie

De la servitude moderne, 2ème partie (sur 3) par avantiprod

3ème partie

De la servitude moderne, 3ème partie (sur 3) par avantiprod



Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

S’inspirer aujourd’hui de l’Appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, pour une nouvelle Résistance !


Cette journée est celle du 74ème anniversaire de l’Appel du Général de Gaulle, le 18 juin 1940 à Londres.
Cette commémoration de l’appel à la résistance de 1940 se fait, à nouveau, dans le contexte d’une France en grande difficulté.
La situation de notre pays est, encore une fois, caractérisée par la trahison nationale et par la vassalisation, idéologiquement consentie, de notre pays par de prétendues élites adeptes de la capitulation et du rejet de l’intérêt national.
Cette trahison est celle des dirigeants compradores de notre pays qui, délibérément, entendent faire sortir la République Française de l’Histoire, au nom de la construction d’une Europe supranationale au service d’une oligarchie financière, sous hégémonie germano-américaine.
Comme en 1940, lorsque le Général de Gaulle lança son appel, l’esprit de capitulation et de collaboration, de type pétainiste, imprègne les classes dirigeantes.
Il est général dans les partis européistes qui, à droite ou à "gauche", diffusent dans notre peuple la pédagogie de la résignation et du renoncement à la souveraineté. Au bout du compte, ils prônent l’acceptation de la destruction de la nation française.
L’appel historique du Général de Gaulle a marqué l’origine du combat de la France Libre, à Londres d’abord. Il a également stimulé le développement de la Résistance, qui se construisait parallèlement sur le territoire national, et dont il a ultérieurement favorisé la dynamique d’unification autour de Jean Moulin et du CNR.
Comme en 1940, la liberté du peuple de France, sa souveraineté et l’indépendance nationale, sont aujourd’hui détruites. Nous vivons dans un régime de dictature qui, pour être moins visible que celle des nazis, n’en est pas moins efficace.
La soldatesque allemande ne défile pas de la même façon arrogante qu’en 1940 sur les Champs Elysées, mais la domination germano-américaine et l’occupation, notamment dans le domaine idéologique, est plus généralisée que celle des nazis.
Aujourd’hui, les marionnettes collabos au pouvoir ne vont pas manquer, hypocritement, de parader au Mont Valérien et dans les médias aux ordres, pour y tenir de beaux discours sur Charles de Gaulle et son célèbre appel. Mais les Français sont de moins en moins dupes devant les simagrées de François Hollande.
En ce mois de juin 2014, seulement 16 pour cent d’entre eux n’ont pas encore compris qu’ils n’ont rien à attendre de positif de ce fondé de pouvoir du "monde de la Finance".
Majoritairement, le peuple de France constate, depuis des décennies, que la politique de la social-démocratie atlantiste, comme de celle de la droite européiste, est l’antithèse de ce qu’impliquait l’appel du 18 juin pour la liberté de la France, la reconquête de l’indépendance et de la souveraineté.
Il est aujourd’hui nécessaire de remettre à l’ordre du jour l’esprit de l’appel du 18 juin 1940, l’esprit de la Résistance.
Le Comité Valmy, depuis plus de 20 ans, appelle à s’inspirer de celle-ci.
Charles de Gaulle, Jean Moulin et la plupart des héros de la Résistance nous ont quittés, mais leur exemple demeure dans l’Histoire.
Le peuple de France doit compter sur ses propres forces, desquelles ne manqueront pas d’émerger de nouvelles élites républicaines, pour forger une nouvelle résistance patriotique et républicaine. Prenant exemple sur le CNR et son programme, dont les principes demeurent d’une grande modernité, il est urgent de développer un rassemblement populaire pluraliste et anti-oligarchique, autour de la nation, de la République et de la question sociale, afin de rétablir le droit inaliénable de notre peuple nation à disposer de lui-même. En même temps, les Français devront également s’opposer aux fauteurs de guerre occidentalistes, qui, notamment en Syrie ou en Ukraine, menacent la paix mondiale.

Paris le 18 juin 2014
Pour le Comité Valmy, Claude Beaulieu
Mis en ligne le 18 juin 2014

jeudi 19 juin 2014

lundi 16 juin 2014

Montant des indemnités des membres du Conseil de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB)

Sauf erreur ou omission, voici les montants mensuels et annuels des indemnités perçues par les membres du Conseil de la CUB. (Délibération du 25/04/2014).




Les 105 élus communautaires reçoivent 148 647,04 euros par mois de la collectivité. Sur un an le montant cumulé des indemnités s'élève à 1 783 764,48 euros.



Nb : Les taux se réfèrent au traitement afférent à l'indice brut 1015 de la fonction publique.

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

jeudi 5 juin 2014

Joli mois de mai - Olivier Delamarche

Olivier Delamarche - 02 Juin 2014 - BFM Business





Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

Immobilier : les prix vont vraiment baisser (vidéo)

Interview


Jean-Luc Buchalet a co-fondé et dirige aujourd'hui la société de conseil Pythagore consult. Enseignant en 3e cycle (Cnam, IAE Paris, Assas...), conférencier, chroniqueur (Les Échos, La Tribune, Le Figaro, etc.) et coauteur de "La Chine une bombe à retardement" (Eyrolles, 2012), il a fait de l'immobilier un de ses domaines d'étude privilégié.      


Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

mercredi 4 juin 2014

Vélo à Talence

La passerelle de Talence - Thouars


Comme chacun le sait, je me déplace régulièrement à vélo. Il m’arrive souvent de passer à Thouars pour me rendre à Gradignan. Ce faisant, j’emprunte la passerelle, réservée aux cyclistes, qui enjambe la rocade. Quelle que soit l’heure du jour,  je ne croise quasiment jamais de cyclistes sur ladite passerelle. Un constat s’impose : elle est peu utilisée.  
Une infrastructure de ce type représente un investissement d’un montant non négligeable (je n’ai pas retrouvé l’information). Serait-ce un éléphant blanc, comme on dit en Afrique ? Une étude préalable du trafic potentiel a –t-elle été réalisée ? Pour le moins, son inauguration, en grande pompe, aura permis aux trois maires TGV (Talence - Gradignan - Villenave d'Ornon) de réaliser une bonne opération de communication.








À vélo sur le cours de la libération entre le lycée Victor Louis et le supermarché Casino

Entre le Lycée Victor Louis et le supermarché Casino, sur la chaussée empruntée par les automobiles, il n'y a aucun pictogramme indiquant la présence de vélos. Sur le trottoir existe une bande (voir photo) qui, il y a plusieurs mois, comportait des pictogrammes signalant qu'il s'agissait d'une bande cyclable. Lesdits pictogrammes ont disparu semblant signifier que la bande n'est plus cyclable. Avec pour conséquence que les cycles empruntant la bande se trouveraient en infraction, car présumés roulant sur le trottoir (ce qui est interdit pas le code de la route). En cas d'accident, quid des responsabilités ? La municipalité ainsi que la communauté urbaine doivent impérativement s'emparer de ce problème.
A ce propos, je m'interroge sur l'inaction de l’association Vélocité concernant ce problème. Je rappelle que ladite association reçoit une subvention municipale annuelle d’un montant de 500 euros. 





Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

mardi 3 juin 2014

Le revenu des classes moyennes au centre du débat (vidéo 3'12")

Le débat sur le revenu des classes moyennes est revenu au premier plan et si l’hyper médiatisation du récent ouvrage de Thomas Piketty n’en est pas le déclencheur, il est révélateur de la prégnance du débat aux Etats-Unis..

Olivier Passet - Directeur des synthèses économiques de Xerfi



Dès la première édition de mon essai : La Tiers-Mondialisation de la planète, (feuilleter le livre) je dénonçais l'euthanasie des classes moyennes. Par la suite, j'ai poursuivi l'analyse dans plusieurs articles :



- etc.

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...