dimanche 21 septembre 2008

Sénato-rigolade

Aujourd’hui c’est le début de l’automne, mais c’est aussi la date du scrutin des élections sénatoriales. Etant « grand » électeur, car conseiller municipal de Talence, je me suis rendu, en vélo, à la préfecture pour voter. Même si je fais habituellement mon devoir d’électeur quelles que soient les échéances électorales, j’ai particulièrement veillé à me rendre aujourd’hui au bureau de vote.

En effet, la convocation pour ce scrutin stipulait : « je me permets d’attirer votre attention sur les dispositions de l’article L.318 du Code Electoral, aux termes desquelles tout membre du collège électoral qui sans cause légitime, ne prend pas part au scrutin, est passible d’une amende de 100 euros ». Ce qui explique sans doute le très faible taux d’abstention aux élections sénatoriales.

La convocation indiquait également que « les électeurs qui auront participé au scrutin bénéficieront à l’occasion de leur déplacement au chef-lieu du département, d’une indemnité forfaitaire représentative de frais et du remboursement des frais de transport ». Ainsi, après avoir déposé mon bulletin dans l’urne, une charmante dame m’a demandé si je souhaitais être indemnisé. Par curiosité, j’ai répondu par l’affirmative. La dame a alors cherché ma fiche pré remplie et me l’a tendue. Ladite fiche indiquait la distance entre le lieu de résidence et le bureau de vote ainsi que la puissance du véhicule automobile utilisé pour se rendre au bureau de vote. Je présume que l’indemnité kilométrique est proportionnelle à la puissance du véhicule : une prime aux gros pollueurs ! J’ai fait remarquer que je ne connaissais pas la puissance fiscale de mon VTT et qu’il n’y avait pas d'option "vélo". J’ai donc créé une case vélo sur ma fiche.


La dame m’a dit que mon cas serait étudié. Mais, l'option vélo n'étant pas envisagée, je ne bénéficierais probablement pas du remboursement des frais de transport. Toutefois, j’obtiendrais l’indemnité repas… de quoi fournir du carburant au moteur de mon vélo!

J’attends la suite des évènements !



mardi 9 septembre 2008

Talence, le 17 septembre : on fête l’immobilité



Du 16 au 22 septembre, l’Europe va célébrer la mobilité. Sur les pages du site du ministère de l’écologie dédiées à cette manifestation, on nous explique par exemple qu’« utiliser un vélo ou marcher est bénéfique à notre santé »… et à notre pouvoir d’achat. Merci pour le scoop ! Cependant, il est important de se préoccuper de la pollution et de la santé de notre planète.

Quelles sont les propositions pour améliorer la mobilité ?

1. « Des transports publics performants et adaptés ». Chez nous, la communauté urbaine (CUB) s’est dotée d’un tramway qui s’avère un réel succès. Le développement des transports collectifs implique « des abonnements à prix attractifs » souligne le site du ministère. C’est sans doute pour inciter la population à utiliser le tram que la CUB a récemment décidé une augmentation du prix du billet de 3% en moyenne pondérée (notre pouvoir d’achat a-t-il augmenté du même montant ?). Pour continuer à vous déplacer, faites des économies sur d’autres dépenses : achetez vos produits bio dans les magasins hard-discount !

2. Le ministère met aussi en avant « l’intermodalité », par exemple : « vélo + transports publics ». Sur la ligne B, ce type d’intermodalité reste un vœu pieux, sauf peut être après minuit…

3. De plus, particulièrement à Talence, se pose le problème de la cohabitation du Tramway avec les autres usagers de la voie publique et particulièrement les cyclistes. Pourtant, à en croire la majorité, « beaucoup » a été fait lors de la précédente mandature : (i) une commission vélo a siégé de nombreux mois au cours desquels les palabres sans fin ont découragé plus d’un participant ; (ii) des pictogrammes de cyclistes ont été peints sur la chaussée (voir l’état actuel desdits pictogrammes sur l’axe Libération - Gambetta) ; (iii) une campagne de verbalisation massive des cyclistes empruntant la voie du tram, la plupart par souci de sécurité, a été menée ; (iv) une vaste opération de communication (à quel prix ?) visant à « responsabiliser » les usagers a été réalisée…

Au total : du vent, beaucoup de vent, mais insuffisant pour faire tourner les éoliennes ! Néanmoins, comme nous incite à le faire la Mairie : « restons zen ! », célébrons l’immobilité !





Pictogramme sur le cours Gambetta