jeudi 5 novembre 2015

Talence : la valse des danseuses

Talence : la valse des danseuses

Il est bien connu qu'à Talence la municipalité entretient des danseuses qui grèvent le budget. 

La danseuse fatiguée

J’ai dénoncé, à maintes reprises, la salle de la Médoquine comme étant la danseuse étoile de notre ville. (http://blog-conte.blogspot.fr/2014/08/la-medoquine-danseuse-etoile-de-talence.html).

En 2014, en séance du Conseil municipal, je disais ceci :

« La Municipalité verse 420 000 € de subvention annuelle à Talence Gestion Equipements et encaisse une redevance d’affermage de 180 000 € environ, c’est-à-dire que la Municipalité finance largement le loyer qu’elle perçoit. Le bilan de l’opération est une subvention nette de 240 000 € à laquelle on devrait ajouter certaines manifestations organisées par la Ville et qui donnent lieu à paiement, peut-être à un paiement minoré.

Néanmoins, l’artifice de l’affermage permet à deux élus de la majorité de percevoir des jetons de présence au Conseil d'administration de Talence Gestion Equipements, d’un montant que nous n’allons pas tarder à voter de l’ordre de 22 000 à 23 000 €

A vue de nez, nous pouvons estimer le coût pour le contribuable talençais de la salle de la Médoquine depuis son ouverture il y a environ 20 ans à 4 800 000 €, une broutille, environ 3 321 SMIC mensuels. »

La Médoquine va être vendue, la danseuse a mal vieilli, elle est blessée, handicapée… et nécessite des soins trop coûteux. (http://www.sudouest.fr/2015/09/09/la-medoquine-est-a-vendre-2118453-3229.php) Il faut remplacer la vieille danseuse.


Une nouvelle meneuse de revue

L’idée de la Mairie est de remplacer la salle de la Médoquine par un nouvel établissement, tout d’abord appelé « école de musique », puis dans un souci d’élargissement de ses activités, rebaptisé : Établissement culturel du centre-ville (ECCV).

Le bâtiment abritant ledit établissement sera construit près du cinéma Le Gaumont, sur la partie ouest du parking actuel qui va céder la place à des logements.

Si la position centrale du bâtiment apparaît séduisante, hormis les problèmes de stationnement des véhicules des usagers, il convient d’alerter la population sur un réel danger : l’établissement culturel du centre-ville (ECCV) vise à éclipser l’ancienne danseuse de la Médoquine. L’ECCV  pourrait bien être la prochaine meneuse de revue de Talence.

Aux Folies Bergères, au Casino de Paris on sait ce que coûte une meneuse de revue. À Talence nos finances ne sont pas au mieux et leur avenir sera compliqué notamment en raison de la baisse des dotations de l’État. En conséquence, la construction d’un établissement de prestige pourrait dégrader encore plus les finances de la ville.


À Talence, avec la valse des danseuses, contribuables préparez votre argent : un grand show s’annonce !


Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire