mardi 29 octobre 2013

"Le Monde" : « Combattre Big Brother » et promouvoir Big Brother, c’est toujours vendre du papier (et des clics)

Par Pièces et main d'oeuvre
 
Ce mardi 22 octobre 2013, Le Monde consacre quatre pages aux écoutes de la NSA, notamment sur le territoire français : « le public ne doit pas être maintenu dans l'ignorance de programmes d'écoute et d'espionnage prenant des dimensions telles qu'ils mettent à bas tout principe de contrepoids en démocratie. » Tardive découverte. Dès 2008, Pièces et main d’œuvre publiait Terreur et possession – Enquête sur la police des populations à l'ère technologique[1] .

L'« affaire Snowden » vient confirmer un discours que nul au Monde n'a cru bon de relayer. C'est que le quotidien est une référence pour les promoteurs de l'industrie numérique. Cette « Nouvelle France Industrielle » qui, selon Hollande et Montebourg, va nous sortir de la « Crise ». Un jour, Le Monde s'offusque de la surveillance planétaire comme d'une prétendue « dérive » de la numérisation. Un autre, il fait la publicité du « Big Data » pour les industriels et pouvoirs publics : « L'analyse des gros volumes de données peut devenir d'une efficacité sans faille, ou presque. Elle permettra par exemple de proposer à un internaute une réclame ciblée ou à un patient un traitement sur mesure. »[2] Publi-reportage à l'appui. Or, si l'on numérise des pans de plus en plus vastes de nos vies, il n'y a pas à s'étonner que celles-ci soient connues, analysées, exploitées. La surveillance de la population est dans le projet cybernétique comme le fruit dans la graine.
(...)

Lire la suite du texte de Hors-Sol : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=448

[1] Editions L'Echappée.
[2] Le Monde, 15 octobre 2013.


(Pour lire le texte intégral, cliquer sur l’icône ci-dessous.)



 
Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre"...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire