vendredi 25 mai 2012

samedi 19 mai 2012

Question orale pour le Conseil municipal du 23 mai 2012

Le château Crespy 

Monsieur le Maire, 

Je souhaite revenir sur l’opération du château Crespy. La municipalité a acheté à l’État la parcelle de 4 203 m² au prix de 835 000 euros soit environ 200 € le m². Comme le terrain en question comprend le bâtiment du château et que le Conseil municipal n’a pas eu connaissance du document d’évaluation par le service des domaines, on peut penser que le prix du terrain nu est inférieur à 200 €. 

 La municipalité de Talence a donc racheté ce site à l’Etat pour le revendre immédiatement à Domofrance, opérateur de la maison-relais. 

Le château a été réhabilité et les trois chalets prévus ont été construits pour un total d’environ 1 500 000€ entièrement financé par des entités autres que la municipalité de Talence. De plus, « le fonctionnement sera exclusivement financé par l’Etat (140 000 euros en année pleine) sans aucune subvention provenant des collectivités locales » (Dossier de presse préfecture de la Gironde, 14 décembre 2011). 

Selon vos déclarations du 18 juillet 2011, au quotidien Sud-Ouest, « À côté [du château], Domofrance va réaliser un petit projet d’accession sociale et cède une partie du terrain à Pichet [promoteur immobilier], mais en vendant au promoteur deux fois le prix ! »

Il semblerait que la superficie de ladite partie du terrain rétrocédée au privé soit de 2 300 m² (Sud-Ouest, 2 juillet 2011). Selon vos dires, Monsieur le Maire, Domofrance revendrait le terrain à Pichet (200 € x 2) 400 € le m² : une aubaine !!! pour ce quartier. Bien sûr, monsieur Pradès va me dire que la rue est passante, que les prix ont baissé avec l’éclatement de la bulle, que les prix demandés sur le « Bon coin » sont exagérés… En fait, si l’on vous croit, les 2 300 m² seront vendus au prix de 920 000 €. 

Par contre, si la municipalité avait décidé de conserver cette parcelle de 2300 m², cela nous aurait coûté 2 300 x 200 = 460 000 €. On peut par exemple rapprocher cette somme du montant de la subvention annuelle de 420 000 euros hors taxes c’est-à-dire (en considérant un taux de TVA de 19,6%, de 502 320 euros TTC) versée pour la salle de la Médoquine. Alors, il ne faut pas affirmer, sans cesse, que les opérations immobilières public – privé sont indispensables ! La municipalité a des ressources suffisantes pour ce genre d’opération.

 Dans une autre interview (S-O du 18 juillet 2011) vous déclarez : « La Ville souhaite la réalisation d’une opération exemplaire, en acquérant le château Crespy et son terrain. Cela permettra de garantir le devenir équilibré de cet espace, tant en préservation du patrimoine, qu’en mixité sociale et en densité maîtrisée ». Concernant la mixité sociale, je ferai deux remarques. : 1) l’environnement du château est constitué par le projet Domofrance, la résidence Crespy, des maisons individuelles… ce qui assure, à mon sens, une mixité sociale suffisante sans avoir besoin du projet Pichet ; 2) en visitant les abords du château Crespy, il me semble que la mixité sociale que vous invoquez, Monsieur le Maire, soit une mixité qui se rapproche de celle qu’a connu l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Je m’explique : le Château ainsi que les chalets sont entourés d’un grillage solide de plus de 2 m de haut… la mixité a des limites… on veut voir les pauvres mais surtout qu’ils restent derrière un grillage, on ne sait jamais ! 

Pour terminer, je tiens à informer le Conseil qu’un projet de parc public a été proposé en 2010, par Monsieur Garnier et Madame Boyer (d’Emmaüs), lors de la réunion de présentation aux riverains (tenue dans les locaux de la mairie), du projet global de Résidence sociale au 92, avenue du maréchal Leclerc. 

Un parc public, constituant une « respiration » écologique, serait le bienvenu dans le quartier. D’autant plus que la parcelle recèle des arbres remarquables : platane, charme, magnolia… A ce propos, je tiens à mettre en lumière le hiatus entre le discours municipal et la réalité de l’action : d’un côté vous affichez « 1500 jours, 1500 arbres », vous élaborez une « charte de l’arbre » et d’un autre côté vous organisez l’abattage d’arbres remarquables pour faire la place nette au béton spéculatif. 

Mes questions sont les suivantes : 1) Quand va-t-on faire tomber le grillage de l’apartheid, afin que les personnes qui logent dans la résidence sociale ne se sentent plus emprisonnées? 2) Allez-vous racheter le terrain de 2 300 m² à Domofrance et conserver les arbres pour en faire un parc public dont profiteront tous les talençais ? 


Le grillage déjà posé
Le grillage en cours de pose
Quelques arbres magnifiques
"Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre"...

jeudi 17 mai 2012

Ordre du jour du Conseil municipal du 23 mai 2012

CONSEIL MUNICIPAL DU 23 MAI 2012

 Ordre du jour 

RAPPORTEUR : M. le Maire : 
1 - Approbation PV de la séance du 12 avril 2012 
2 - Décisions municipales – Information du Conseil 
3 - Société REGAZ BORDEAUX – Rapport d'observations définitives de la C.R.C.A. du 27/03/2012 – Information 
4 - Société REGAZ BORDEAUX – Rapport d'observations définitives de la C.R.C.A. du 28/03/2012 – Information 
5 - Opération «Bus Plage» avec le Conseil Général – Convention financière – année 2012 
6 - Cession d'une parcelle 28 rue Armand Leroi AO 594 
7 - Acquisition d’un lot en volume / Escalier extérieur de l'ensemble immobilier Espace Talence sis 285 cours de la Libération 

RAPPORTEUR : M. PARANTEAU, Adjoint délégué aux Sports 
8 - Mise à disposition à titre gracieux de créneaux d'utilisation du S.N.H.D. au profit de l'Université Bordeaux V. Ségalen et accueil à titre gratuit par la Ville d'un agent MNS de l'Université 

RAPPORTEUR : Mme LUTREAU-CHAVERON, Adjointe déléguée aux Ressources Humaines 
9 - Création de poste au tableau des effectifs 2012 et modification du tableau en raison de la fusion des cadres d’emploi des assistants et des assistants spécialisés d’enseignement artistique 
10 - Reconduction du poste de médecin de la médecine professionnelle et préventive 

RAPPORTEUR : M. CLOUP, Adjoint délégué aux Finances 
11 - Ouverture de crédit d’un montant de 500 000 € 
12 - Subventions complémentaires aux associations 
13 - Mutualisation d’une plate-forme dématérialisée de gestion des marchés publics en Aquitaine - Adhésion à l’Association «Marchés Publics d’Aquitaine» 
14 - Services de télécommunications - Années 2013 à 2015 – Approbation de l’adhésion au groupement de commandes et de la signature de la convention constitutive 

QUESTIONS ORALES

Débat sur la dette



COLLECTIF TALENCAIS POUR UN AUDIT CITOYEN DE LA DETTE


A Talence, comme en Gironde et dans d'autres régions, s'est constitué un Collectif pour un audit citoyen de la dette publique.

Ce Collectif rassemble les organisations, partis, syndicats, associations et individus qui n'acceptent pas "la dette" comme une fatalité, avec son cortège de "sacrifices obligés".

Parce qu'elle est le résultat d'une course folle aux profits spéculatifs, une bonne part de la dette publique est illégitime. Des solutions alternatives aux politiques de rigueur existent, notamment par une autre politique fiscale, et la mise sous tutelle sociale des établissements bancaires.

Le Collectif National appelle à la constitution de comités locaux, afin d'informer, mobiliser et agir contre cette dette illégitime, par des réunions publiques, des articles de presse, et des interventions auprès des élus, et des pouvoirs publics ou privés.


                          Le collectif Talençais vous donne rendez-vous :

          
                    ► Jeudi 24 Mai : Débat sur la Dette animé par Bernard Conte 

                   18h30 au  Café Georges (forum)

               
                    Prenez contact : auditdette33@free.fr




lundi 7 mai 2012

Alors François, ce changement maintenant (1) ?

Tout d'abord, je te félicite pour cette victoire qui signifie que le "peuple" attend majoritairement le changement que tu lui a promis. 

Tu l'auras compris, le peuple ne veut pas d'un bonnet blanc à la place d'un blanc bonnet. 

En conséquence, déjà, l'équipe gouvernementale devra refléter le changement. 

Cela signifie que le peuple ne veut pas voir (re)venir des dinosaures, usés jusqu'à la corde, qui ont passé leur vie de banc d'assemblée en banc d'assemblée, de cabinet en cabinet, de poste de pantouflage en poste de pantouflage... 

Le peuple ne veut pas non plus voir arriver des girouettes qui retournent leur veste plus vite que leur ombre. 

Le peuple ne veut pas non plus la venue de politiciens issus de l'élevage en batterie... 

Pour résumer, le peuple souhaite des gouvernants qui veulent faire vivre la politique (au service de la population) et non pas faire de la politique pour en vivre. 

Autrement dit : des élites honnêtes et frugales.

A plus François.
"Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre"...