mardi 6 septembre 2016

France : Un million de pauvres en plus en dix ans

Un million de pauvres en plus en dix ans


6 septembre 2016 - La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2004 et 2014, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million au seuil à 50 % du revenu médian, principalement sous l’effet de la progression du chômage.

La France compte 5 millions de pauvres au seuil à 50 % du revenu médian [1] et 8,8 millions à celui de 60 %, selon les données 2014 de l’Insee. Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,1 %, dans le second de 14,1 %. Au cours des dix dernières années disponibles (2004-2014), le nombre de pauvres a augmenté de 950 000 au seuil à 50 % et de 1,2 million au seuil à 60 %, ce qui représente 1,2 point dans les deux cas.
La pauvreté a fortement progressé à partir de 2008, avec l’accentuation des difficultés économiques liées à la crise financière. Entre 2008 et 2012, le nombre de pauvres, au seuil à 50 % comme à 60 %, a augmenté de 800 000. Le taux à 50 % s’est élevé de 7 à 8 %, le taux à 60 % de 13 à 14 % sur la même période. Depuis 2012, le taux et le nombre de pauvres stagnent selon l’Insee.
Ce phénomène n’est pas dû à une inversion de tendance. La reprise de l’activité est tout juste perceptible depuis la fin 2015. La stagnation des taux et nombre de pauvres résulte principalement de l’extension de la crise aux couches moyennes. Le seuil de pauvreté, calculé en fonction du niveau de vie médian a même diminué en 2012 : des personnes pauvres en 2011 ne l’étaient plus en 2012 avec le même revenu (lire notre article). La situation des catégories les moins favorisées est très loin de s’améliorer ou de se stabiliser : ainsi, entre 2012 et 2014, le nombre de titulaires du RSA a augmenté de 200 000, soit +12,9 %.
Les années 2000 constituent un tournant de notre histoire sociale. La pauvreté a fortement baissé des années 1970 au milieu des années 1990. A partir de cette date, la tendance s’est inversée. D’abord dans une première période, au milieu des années 1990, mais surtout à partir de la fin des années 2000. Cela signifie que l’écart se creuse entre les plus pauvres et les couches moyennes.
Attention aux changements de méthode de l’Insee.
L’Insee a changé deux fois de méthode pour évaluer les revenus, pour l’année 2011 et 2013. Il est impossible donc de mesurer l’évolution de la pauvreté de façon précise au cours des années 2010 du fait des ruptures de série. Nous avons recalculé les données pour qu’elles soient compatibles avec les années antérieures. Elles diffèrent donc légèrement de celles publiées par l’Insee, mais permettent de mesurer les évolutions dans le temps, rendues impossibles sinon.

Graphe plein écranGraphe plein écran       Plus de donnéesPlus de données
Aucune donnée disponible de 1970 à 1990 pour le seuil à 40 %. Séries recalculées pour tenir compte des modifications méthodologiques de l'Insee.

Graphe plein écranGraphe plein écran       Plus de donnéesPlus de données
Données non disponibles de 1970 à 1990 pour le seuil à 40 %. Données recalculées pour tenir compte des modifications méthodologiques de l'Insee.
Photo / © defun - Fotolia.com

Notes

[1Lire notre article sur les seuils de pauvreté
Date de rédaction le 21 octobre 2013
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire