mercredi 9 avril 2014

Mes questions orales au Conseil municipal du 9 avril 2014



Questions orales de Bernard Conte


Marché du samedi à Saint-Genès

Il y a quelque temps, le marché du samedi matin à Saint Genès a soufflé sa première bougie, donnant prétexte à des discours d’autosatisfaction. Il est vrai que cette initiative est intéressante dans un quartier où l’activité est plutôt marquée par la fermeture des petits commerces. Preuve en est les nombreux rideaux baissés le long du cours Gambetta.

Certes, à intervalles réguliers, quelques rideaux se relèvent. Tiens ! se dit-on en passant, de nouveaux commerçants viennent s’installer. Mais, l’animation des vitrines n’est que temporaire, lesdits commerçants vendent des Mistrals, comme le chante Renaud. Comme la vente de Mistral ne dure qu’une campagne, les rideaux se referment aussitôt après, comme le calme plat succède au vent.

Je reviens au sujet. Il me semble qu’après une année de fonctionnement, le marché Saint Genès devrait faire l’objet d’une évaluation afin d’en apprécier pleinement les résultats et d’adapter la formule, s’il y a lieu. Y a-t-il eu une évolution dans la fréquentation tant des acheteurs que des vendeurs ? Le type de commerçants a-t-il évolué ? Même question pour les clients ? Avez-vous effectué une enquête de satisfaction tant pour les chalands que pour les commerçants ? Avez-vous interrogé tant les clients que les commerçants sur leurs souhaits et propositions d’amélioration ? Les réponses à ce type de questions pourraient permettre d’adapter éventuellement la formule. Par exemple : positionner les commerçants sur la place et non pas dans les rues ou bien envisager de faire de ce marché un marché du soir.


Stationnement payant

Nous savons tous que les deux premières années de la mandature sont propices à la prise de mesures impopulaires car, c’est bien connu, l’électeur a la mémoire courte.
Au cours du précédent mandat, en 2012, Monsieur le Maire, vous avez, in-extremis annulé, sous la pression conjuguée d’un collectif de citoyens et de l’opposition au Conseil municipal, la mise en place du stationnement payant à Talence. Pour mémoire, le coût initial du dispositif de stationnement payant s’élevait à environ 500 000 euros.

Étant donné, l’objectif d’une augmentation de la population talençaise de 8000 habitants à l’horizon 2030 et le fait que les constructions nouvelles ne prévoient pas de places de parking suffisantes, les problèmes de stationnement à Talence vont inévitablement s’aggraver.

Monsieur le Maire, est-ce que vous allez à nouveau tenter d’installer un système de stationnement payant ? Sachant qu’un tel système est profondément inégalitaire car il instaure une discrimination par l’argent, très fâcheuse surtout en période de crise économique et sociale. A défaut du stationnement payant, quelles solutions envisagez-vous pour résoudre les problèmes de stationnement actuels et à venir dans notre ville ?

Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire