lundi 22 août 2011

Proposition anonyme

J'ai trouvé ce texte, déposé par une main anonyme, dans ma boîte aux lettres :
Qu'en pensez-vous ?




Salut, joyeux contribuable Talençais !


"Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre"...

lundi 8 août 2011

Alain Cazabonne et la gageure des 1500

À Talence où les espaces verts publics se réduisent comme peau de chagrin, comment notre maire Alain Cazabonne va-t-il s’y prendre pour tenir sa promesse de planter 1500 arbres avant la fin de son mandat électoral ?


La solution est pourtant évidente. A l'instar de l’habitat, « il faut densifier » comme le répète, à l’envi, Monsieur Jestin, adjoint à l’immobilier, pardon, à l’urbanisme.

Pour les arbres, comme pour les humains, densifier signifie réduire l’espace vital individuel. Cette réduction va inévitablement engendrer des problèmes de croissance ainsi que des conflits entre les arbres. Mais qu’importe, pourvu que la promesse « écolo » du maire soit « tenue » et surtout largement médiatisée, notamment par la presse municipale aux ordres, lors de la prochaine campagne des municipales.

Déjà des panonceaux signalent les lieux où sont plantés les arbres de "l’opération 1500". Il faut que les talençais sachent que leur maire est un vrai écolo qui tient sa parole. Par contre, notre maire n’a pas souhaité, semble-t-il, que les arbres de la promesse soient numérotés de 1 à 1500. Pourquoi ? J’ai bien une idée ou deux ! Vous aussi, je présume.

Je me suis rendu au Parc du couvent, inauguré en grande pompe le 27 novembre 2010, qui « bénéficie » de l’opération 1500.





A l'intérieur du Parc, un panonceau indique l'opération 1500 :


Comme il m'a semblé que la plantation était bien resserrée, j'ai décidé de mesurer la distance entre certains arbres.

Voici quelques résultats en images :









Je ne suis pas spécialiste, mais il me semble que ces arbres n'étant pas des bonsaïs, leur proximité risque d'entraîner des gènes, des conflits... susceptibles d'engendrer des problèmes de croissance, voire la dégénérescence ou même la mort de certains individus.

En poursuivant ma visite, j'ai remarqué un jeune chêne de l'opération 1500 planté à l'abri du feuillage d'un platane qui doit bien être centenaire.


Là aussi, je me demande si le chêne, ainsi placé, pourra bénéficier des conditions optimales pour son développement.

Je ne sais combien d'arbres de l'opération 1500 restent à planter. Néanmoins, je crains que, faute de place, il faille enraciner les dernières unités dans les pots de fleurs du pont de la Médoquine.

Pour parer une accusation "classique" du maire à mon encontre, lorsque je pointe certains dysfonctionnements, il est clair que je ne remets pas en cause le travail des services municipaux. En effet, lesdits services exécutent les ordres... et c'est le maire qui se trouve tout en haut de la hiérarchie. Si, par exemple, l'on demande aux services municipaux de planter 1500 arbres sur l’équivalent d'un terrain de football, on ne pourra pas, ensuite, s'étonner que le terrain ait l'apparence d'une forêt de bambous.

Une dernière question pour la route : qui paie les arbres de l'opération pré-électorale 1500 ?

Salut, joyeux contribuable Talençais !


"Faire vivre la politique et non pas faire de la politique pour en vivre"...