jeudi 25 février 2010

Vous avez dit "Europe" ! Mais laquelle ?



Ce matin, le ciel est encore nuageux, la pluie tombe par instants, il fait froid, mais la planète se réchauffe. Chez nous, en France, les élections régionales se préparent avec beaucoup de gesticulations, de coups bas, de déclarations « à la con ! »… On s’étripe sur la composition des listes électorales : par exemple, doit-on inclure un (ou deux pour la parité) épagneul breton pour plaire aux chasseurs ? Lorsque le casting devient primordial, c’est parce que les idées se font rares et que les programmes brassent surtout de l’air. C’est comme dans un magasin de vêtements lorsqu’on hésite entre deux tee-shirts quasi identiques, se différenciant seulement par le logo imprimé : vais-je prendre la virgule ou le point d’interrogation ? Voilà le type de choix proposé aux électeurs. Après cela, on s’étonne du désintérêt de la population et du taux élevé d’abstention que les medias s’empressent de déplorer pendant quelques heures. Qu’importe ! Les élus s’estimeront quand même légitimes pour toute la durée de leur mandat.


Pendant ce temps, la crise économique et sociale s’aggrave partout en Europe. Le traité de Lisbonne étant adopté, nos élites complices veulent profiter de la crise pour nous imposer une dose supplémentaire de « rigueur » (pas pour les riches !) néolibérale. Cette rigueur, cet appauvrissement… notamment imposés par la Commission européenne et l’Allemagne nous sont présentés comme « consensuels ». En effet, ils font consensus dans l’Europe des élites financières, économiques et politiques (de gauche comme de droite). Mais, l’immense majorité de la population qui subit ou va subir ladite « rigueur » n’adhère pas au consensus.


En Grèce, en Espagne… la population descend dans la rue pour manifester son inquiétude et son mécontentement car des solutions existent, autres que l’euthanasie de la classe moyenne et la paupérisation du plus grand nombre au profit de quelques nantis. Mais nos élites préfèrent les ignorer et nous présenter la « rigueur » comme inéluctable.


Je n’ai peu ou pas entendu nos medias sous contrôle faire écho aux manifestations, je n’ai peu ou pas entendu nos dirigeants politiques se prononcer sur ces mouvements sociaux, je n’ai peu ou pas entendu nos dirigeants syndicaux appeler à des marches ou à des manifestations de soutien… Bizarre ! Mais, il semble bien que l’Europe sociale ne doive pas exister, sous peine de menacer le règne de la finance internationale, de ses vassaux et de ses complices grassement payés !


Alors, Jorge ? Chiche ! On s’en fait une manifestation de soutien ?

dimanche 14 février 2010